diabete_21395 - Solutions - Le Moniteur des pharmacies.fr

Les incollables du diabète

À vos stylos !

Information communiquée par novo_disk, france

Continuant sa progression à travers le monde, sans épargner la France, le diabète représente un fardeau majeur de santé publique. L’amélioration de sa prise en charge et plus globalement de l’accès aux soins est un facteur déterminant pour en réduire la morbimortalité. C’est d’ailleurs la thématique promue ces 3 dernières années au cours de la Journée mondiale du diabète (1).

Avez-vous justement en tête les points clés qui caractérisent cette pathologie dont on distingue deux grandes entités : le diabète de type 1 et le diabète de type 2 ? (2) Maîtrisez-vous les conseils pour accompagner au mieux les patients dans la prise en charge de leur diabète et la gestion de l’insulinothérapie ?

(1) World Diabetes Day. https://worlddiabetesday.org/fr/a-propos/ (2) Organisation mondiale de la santé. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/diabete

Les FONDAMENTAUX

1 adulte sur 12 dans le monde, soit 537 millions de personnes (2).
10 % des patients diabétiques ont un diabète de type 1.
La moitié des cas se déclare avant l’âge de 20 ans (5)
90 % des patients diabétiques sont des diabètes de type 2 (3) Age moyen des diabétiques de type 2 : proche de 65 ans (4)
Complications micro et macrovasculaires
+

Education thérapeutique
Hygiène de vie (conseils nutritionnels, exercice physique, prévention cardiovasculaire), autosurveillance glycémique, adaptation des doses d’insuline
Education thérapeutique
Hygiène de vie (conseils nutritionnels, exercice physique, prévention cardiovasculaire, observance thérapeutique...)
+
Si objectifs glycémiques non atteints : antidiabétiques dont +/- insulinothérapie

Objectifs glycémiques

Pour la plupart des patients : HbA1c ≤ 7 % A moduler selon profil du patient (ancienneté du diabète, grossesse, comorbidités...) (6), (7)
fleche vers le bas diagonale droitefleche vers le bas diagonale gauchefleche vers le basfleche vers le bas diagonale droitefleche vers le bas diagonale gauchefleche vers le basfleche vers le bas
Sources
(2) International Diabetes Federation. IDF Diabetes Atlas. 10th edition. 2021. https://diabetesatlas.org/atlas/tenth-edition/
(3) Fédération Internationale du Diabète. L’atlas du diabète de la FID, 9E édition, 2019
(7) Prise de position de la Société francophone du diabète (SFD) sur les stratégies d'utilisation des traitements anti-hyperglycémiants dans le diabète de type 2 – 2021.
cadre, contour
Sources
(1) Prévention et dépistage du diabète de type 2 et des maladies liées au diabète. HAS Octobre 2014.
(2) American Diabetes Association. 2 - Classification and diagnosis of diabetes. Diabetes Care. 2015;38 Suppl:S8-S16 https://diabetesjournals.org/care/article/38/Supplement_1/S8/37298/2-Classification-and-Diagnosis-of-Diabetes

Le diabète de type 1

Touchant 10 % des personnes diabétiques, il est classiquement diagnostiqué chez des patients jeunes (1).

Il s’agit d’une maladie auto-immune caractérisée par une carence en insuline, secondaire à la destruction des cellules bêta pancréatiques des îlots de Langerhans d’origine auto-immune. (2).

→ Facteurs de risque : prédispositions génétiques essentiellement (2), (3). Des facteurs environnementaux pourraient déclencher la réaction auto-immune (infection virale, toxines...) (2).

→ Circonstance de découverte : le début est souvent brutal avec polyurie, polydipsie et amaigrissement contrastant avec un appétit préservé (2).

Le diabète de type 2

Le plus fréquent, il concerne 9 diabétiques sur 10 (3).

D’évolution progressive, il est secondaire à une insulinorésistance hépatique, adipeuse et musculaire qui induit initialement un hyperinsulinisme réactionnel puis une insulinopénie relative du fait d’un épuisement des cellules bêta du pancréas (2).

→ Facteurs de risque : principalement l’âge, le surpoids, la sédentarité, un antécédent de diabète gestationnel, un antécédent familial de diabète ou un état de prédiabète (4). La génétique n’explique que 15 % des diabètes de type 2 (5).

→ Circonstance de découverte : le plus souvent fortuite via un bilan de dépistage motivé par la prise de marqueurs de risque du diabète de type 2 (âge > 45 ans, excès pondéral, HTA, dyslipidémie...) ou parfois la présence de symptômes : polyurie, polydipsie... (2) et (4).

Outre des complications aiguës (risques d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie, d’acidocétose), le diabète et le mauvais équilibre de la glycémie sont associés à un risque accru de(1), (2) :

maladies cardiovasculaires : coronaropathie, accident vasculaire cérébral, artériopathie oblitérante des membres inférieurs... Le tabagisme et une activité physique insuffisante augmentent également ces risques .

complications microvasculaires : microangiopathie atteignant la rétine (rétinopathie diabétique), le néphron (néphropathie diabétique), les nerfs périphériques (neuropathie diabétique) .

lésions des pieds (ulcérations...).

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès des personnes diabétiques, d’où l’enjeu des conseils d’hygiène de vie à mettre en place au quotidien : activité physique régulière, alimentation équilibrée pour limiter la prise de poids, lutte contre le tabagisme.

La prise en charge

Dans le diabète de type 1, un traitement de substitution par insuline est indispensable à vie (2).

Dans le diabète de type 2, la prise en charge repose sur les règles hygiénodiététiques (activité physique, alimentation...) associées, si besoin à un traitement pharmacologique reposant sur différentes classes d’hypoglycémiants utilisés par voie orale ou injectables, dont l’insuline (3).

L’insulinothérapie est une option possible à chaque étape de la prise en charge selon le déséquilibre glycémique : il est recommandé de commencer par une injection quotidienne d’insuline basale, c’est-à-dire couvrant les besoins de base en insuline (6)

Parallèlement, le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire est indispensable : HTA, dyslipidémie, sevrage tabagique... (3).

cadre, contour

Zoom sur l’insulinothérapie

Les apports d’insuline doivent pouvoir répondre à deux situations (1):

  • - couvrir les besoins de base en insuline, en dehors des repas, grâce à des analogues lents ou des insulines d’action intermédiaire
  • - apporter rapidement mais transitoirement de l’insuline lors d’une prise alimentaire grâce à des insulines ou analogues d’insuline d’action rapide (2), (6).

Insulinothérapie intensifiée

L’insulinothérapie intensifiée reproduit le mieux la physiologie normale de la régulation de la glycémie (8): faible apport permanent d’insuline auquel s’ajoutent des apports lors des prises alimentaires.

Traitement de référence du diabète de type 1, elle constitue également une nouvelle étape chez les patients diabétiques de type 2 après échec d’une insulinothérapie basale bien conduite (6).

Deux méthodes d’administration

  • par stylos préremplis, jetables, ou réutilisables tels NovoPen 6 et NovoPen Echo Plus
  • par pompe à insuline permettant de délivrer un débit de base fixe d’insuline ou analogue d’insuline rapide, complété par des bolus au moment des prises alimentaires.

En France, deux tiers des patients diabétiques de type 1 sont sous injections d’insuline quotidiennes multiples. Un tiers est équipé d’une pompe à insuline.
Parmi les diabétiques de type 2 insulinorequérants, 86 % sont sous schémas basal-bolus en injections multiples. 14 % ont une pompe à insuline (7).

Optimisation de la prise en charge du diabète

Elle passe par un contrôle strict de la glycémie afin qu’elle reste la plus proche possible de la normale.
Dans le cas de l’insulinothérapie, cette optimisation fait de plus en plus appel à de nouvelles technologies (mesure continue du glucose, dispositifs connectés...) permettant également d’améliorer l’observance thérapeutique.

Les stylos connectés NovoPen 6 et NovoPen Echo Plus entrent pleinement dans ce cadre d’amélioration du contrôle glycémique.

Découvrez leurs spécificités au travers des différentes rubriques dédiées pour améliorer l’accompagnement des patients diabétiques sous insulinothérapie.

Sources
(1) Inserm. Dossier Diabète de type 1. https://www.inserm.fr/dossier/diabete-type-1/
(2) Fédération Internationale du Diabète. L’atlas du diabète de la FID, 9E édition, 2019.
(3) Assurance maladie. Dossier Diabète. https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/diabete
(5) Florez JC et al. Genetics of Type 2 Diabetes In: Diabetes in America. 3rd edition. Bethesda (MD): National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (US); 2018. Chapitre 14.
(6) Société francophone du diabète. Prise de position de la Société francophone du diabète (SFD) sur les stratégies d'utilisation des traitements anti-hyperglycémiants dans le diabète de type 2 – 2021.
(7) data.gouv.fr. Open LPP : base complète sur les dépenses de dispositifs médicaux inscrits à la liste de produits et prestations (LPP) interrégimes.
(8) Diabète de type 1. Société française d’endocrinologie consulté le 5/2/2024. https://www.sfendocrino.org/diabete-de-type-1/
(9) HAS. Mortalité liée au diabète. Publié le 29 avril 2019. Consulté le 07/2/2024.