Ibuprofène et Covid-19

AINS ET COVID-19 : UN GROUPE D’EXPERTS RASSURE

Publirédactionnel réalisé par le département Conseil & Communication du Moniteur des pharmacies en partenariat avec GRAINS, Groupe de réflexion sur les AINS.
Depuis le début de la crise sanitaire, les recommandations françaises n’ont pas bougé : pas d’AINS en prise ponctuelle dans le contexte de la Covid-19. Ils restent présumés coupables d’une aggravation des symptômes de l’infection, en dépit des études récentes et de la position rassurante des autorités sanitaires internationales. le dogme est-il justifié à la lumière des connaissances actuelles ?
Un board d’experts a analysé les données scientifiques disponibles.

PAS DE PREUVES SCIENTIFIQUES D’AUGMENTATION DU RISQUE

D’après l’analyse du GRAINS, aucune des études actuellement disponibles ne permet d’établir un lien entre les AINS et le risque d’infection ou d’aggravation de la Covid-19.

  • L’exposition aux AINS n’a pas été associée à une augmentation des risques d’hospitalisation chez les patients atteints du COVID-19(1);
  • La prise d’ibuprofène ou de naproxène est significativement retrouvée chez les patients qui n’ont pas présenté une forme grave de l’infection(2).
Dr Laurent Grange, rhumatologue au CHU Grenoble Alpes (38000), membre du GRAINS : « Dans le prisme de la rhumatologie, une étude montre même un moindre risque de décès lié à la Covid-19 chez les patients atteints de la polyarthrite rhumatoïde traités avec des AINS(3) ».

DÉCOURAGER LA PRISE D’AINS N’EST PAS SANS IMPACT

  • Encourager un recours exclusif au paracétamol pour traiter les symptômes des patients atteints de la Covid-19 pourrait par ailleurs les inciter à utiliser des doses plus élevées. Les experts s’inquiètent ainsi du risque lié à d’éventuels surdosages en paracétamol(4).
  • Dans leur pratique, les experts du GRAINS constatent une aggravation de l’état pathologique et un impact psychologique important dans un contexte où les patients ne trouvent plus de réponse thérapeutique satisfaisante. Rebonds de céphalées, décompensations de pathologies rhumatismales inflammatoires... les prescripteurs ont rapidement évolué en faveur de la reprise d’AINS. En officine, le vide thérapeutique impacte durablement le conseil.
Yorick Berger, pharmacien titulaire (75013), membre du GRAINS : « L’Ibuprofène est une molécule très intéressante dans les migraines, l’arthrose, les règles douloureuses... on est un peu démuni pour soulager efficacement nos patients, déjà stressés par la situation ».

AUCUNE RAISON DE SE PRIVER D’UNE UTILISATION RAISONNÉE

  • Unanimement, les experts adoptent la même position : il n’y a aucune raison de se priver davantage de l’arsenal thérapeutique des AINS à la lumière d’une hypothèse non prouvée par les études.
  • Dans l’attente d’une évolution des recommandations françaises, ils se veulent rassurants et proposent de s’aligner sur la position de l’Agence Européenne du Médicaments(5) et de l’Organisation Mondiale de la Santé(6) : quand les AINS sont nécessaires, il est possible de les utiliser en cas de fièvre et de douleurs, même en période de Covid.
Dr Laurent Grange : « Il faut dédramatiser mais respecter les précautions habituelles avec les AINS, on ne va pas les utiliser larga manu parce qu’ils ne montrent pas de risque particulier durant la Covid ».

Informer et sécuriser l’utilisation des AINS est une action que le GRAINS entend inscrire dans le temps. Prochaine étape : la mise à disposition de documents de bon usage à destination des professionnels et du grand public.

G.R.A.I.N.S

Le GRAINS, NOUVEAU
GROUPE D’EXPERTS
VOUÉ AUX AINS

Le GRAINS pour « Groupe de Réflexion sur les AINS », est un board d’experts soutenu par GlaxoSmithKline Santé Grand Public, dédié au bon usage des AINS.

  • Pluridisciplinaire, il regroupe des professionnels hospitaliers et de ville dont certains rompus à l’analyse des études scientifiques : rhumatologues, pharmaciens, infectiologues, médecin généraliste, pharmacologue et pédiatre hospitalier.
  • Réuni pour la première fois le 8 décembre dernier, il s’est donné pour première mission une revue de littérature des études récentes concernant l’utilisation des AINS dans un contexte de Covid-19. Les experts ont sélectionné les études les plus robustes d’un point de vue méthodologique soit un total de 40 études passées au crible.

REPÈRES

Mars
2020
La Direction Générale de la Santé recommande de proscrire les AINS dans le cadre de la Covid-19, dans un tweet partagé 43 000 fois, le Ministre de la Santé affirme qu’ils « pourraient être un facteur aggravant de l’infection ».
Mai
2020
Une analyse des déclarations de pharmacovigilance suspecte l’implication d’AINS dans l’apparition de formes plus graves qu’attendues(7).
Juin
2020
Le Haut Conseil de la Santé publique maintient la recommandation de ne pas utiliser d’AINS pour des symptômes précoces évocateurs de Covid-19 (hors traitements chroniques)(8).
Décembre
2020
L’ANSM recommande une mise en garde spéciale sur les supports promotionnels destinés au grand public de produits à base d’ibuprofène(9).
À la fin du premier confinement, les délivrances d’ibuprofène avaient chuté de 80 % par rapport à l’attendu(10).
BIBLIOGRAPHIE
(1) Gianfrancesco, Milena, et al. Characteristics associated with hospitalisation for COVID-19 in people with rheumatic disease: data from the COVID-19 Global Rheumatology Alliance physician-reported registry. Annals of the Rheumatic Diseases (2020). (2) Castro, Victor M., et al. Identifying common pharmacotherapies associated with reduced COVID-19 morbidity using electronic health records.medRxiv (2020). (3) Wong, A. Y., & MacKenna, B. (2020). OpenSAFELY: Do adults prescribed Non-steroidal anti-inflammatory drugs have an increased risk of death from COVID-19? medRxiv. Retrieved Septembre 22, 2020. (4) Gulmez SE, Unal US, Lassalle R, Chartier A, Grolleau A, Moore N. Risk of hospital admission for liver injury in users of NSAIDs and nonoverdose paracetamol: Preliminary results from the EPIHAM study. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2018;27(11):1174–1181. (5) EMA gives advice on the use of non-steroidal anti-inflammatories for COVID-19, EMA, 18/03/2020. (6) Clinical management of COVID-19, OMS, 27 mai 2020. (7) Anti-inflammatoires non stéroïdiens et Covid-19, Expertise de pharmacovigilance, CRPV Tours-CRPV Marseille, Mai 2020. (8) Avis relatif à l’actualisation des recommandations thérapeutiques dans le Covid-19, Haut Conseil de la santé publique, 17 juin 2020. (9) Ajout d’une mention de prudence spécifique dans les publicités auprès du public pendant la période d’épidémie de Covid19 ANSM, 4 décembre 2020. (10) Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de la Covid-19 – point de situation après les 8 semaines de confinement et une semaine de post-confinement , Epi-Phare, 9 juin 2020.