Le thym - Porphyre n° 583 du 20/01/2022 - Revues
 
Porphyre n° 583 du 20/01/2022
 

Exercer

Phyto

Auteur(s) : Jean-Baptiste Gallé

Son odeur rappelle celles de la garrigue et de la cuisine méditerranéenne mais le thym est également un très bon antiseptique naturel, particulièrement intéressant dans les troubles ORL d’origine infectieuse.

Quelle est cette plante ?

Le thym commun ou vulgaire (Thymus vulgaris) est un petit buisson vivace pouvant mesurer de 10 à 40 cm de hdiv.

La plante est très aromatique, avec une odeur épicée.

Ses feuilles sont petites, persistantes et opposées de part et d’autre de la tige. Ses fleurs roses à blanchâtres, qui apparaissent au début de l’été, sont réunies sous forme d’épis terminaux globuleux.

• Où le trouver ? Le thym est une plante de zones sèches. Il affectionne les garrigues et maquis méditerranéens.

On ne le trouve à l’état sauvage en France que dans un petit quart sud-est. Il peut cependant être cultivé partout ailleurs sur le territoire. Il aime particulièrement les sols calcaires pauvres, secs et ensoleillés.

• Où est-il vendu ? La feuille et les sommités fleuries de thym sont inscrites à la liste A de la pharmacopée française mais ont été libérées du monopole pharmaceutique.

Quels sont ses usages ?

En phytothérapie

• Utilisation : anti-infectieux puissant, le thym a montré une efficacité sur plusieurs souches bactériennes, fongiques et virales. Il est de ce fait un allié précieux pour prendre en charge les affections ORL bénignes et les refroidissements.

Il présente aussi une activité expectorante et spasmolytique bronchique, intéressante en cas de toux productive. Son effet tonique général peut également être utile pour lutter contre la fatigue associée aux pathologies hivernales.

Le thym possède en outre des propriétés digestives, notamment spasmolytiques. Il peut donc être utilisé en cas de ballonnements et de lenteur à la digestion.

En bain de bouche, l’infusion de thym soulage les inflammations buccopharyngées et la mauvaise haleine.

• Partie utilisée : feuilles et sommités fleuries.

• Principes actifs : huile essentielle souvent dominée par la présence de phénols comme le thymol et le carvacrol, mais il existe une grande variabilité chez cette espèce.

Le thym contient aussi des acides phénoliques, flavonoïdes et triterpènes qui peuvent participer à son activité.

• Posologies recommandées.

→ Adolescents et adultes.

Tisane : faire infuser 1 à 2 g de sommités fleuries séchées, soit l’équivalent d’une cuillère à café rase par tasse, pendant 10 minutes. Boire trois à quatre fois dans la journée.

Pour les affections ORL, un gargarisme ou un bain de bouche peut être réalisé avec l’infusion tiède avant de l’avaler, pour favoriser une action locale.

→ Enfants de plus de 4 ans.

Tisane : 0,5 à 1 g de sommités fleuries séchées par jour en infusion.

• Contre-indications et précautions d’emploi : en raison de son effet tonique, le thym n’est pas conseillé le soir et il est à éviter en cas d’hypertension artérielle non contrôlée et de tachycardie.

En aromathérapie

Il est important de faire attention à la bonne définition de l’huile essentielle, en particulier pour le thym commun, qui peut présenter de nombreux chémotypes, avec des usages et des précautions d’emploi spécifiques.

En premier lieu, il est nécessaire de bien caractériser la plante par son nom latin, Thymus vulgaris, pour ne pas risquer de le confondre avec d’autres thyms, comme le thym à feuilles de sarriette (Thymus satureoides) ou le thym serpolet (Thymus serpyllum).

Il faut aussi prêter attention au chémotype (CT), qui caractérise plus précisément la composition chimique de l’huile essentielle en définissant son constituant principal. Pour le thym vulgaire, les chémotypes les plus fréquents en aromathérapie sont : CT thymol, CT linalol et CT thujanol.

• Utilisation : l’huile essentielle de thym est employée en général pour soulager les symptômes liés à la toux et aux refroidissements. Elle présente des propriétés antiseptiques puissantes et des propriétés expectorantes. Le CT thymol est le plus puissant mais il nécessite davantage de précautions d’emploi.

• Posologie recommandée.

CT thymol.

→ Adultes : 1 goutte trois fois par jour maximum, sur un comprimé neutre.

→ Adolescent (> 12 ans) : 1 goutte deux fois par jour maximum, sur un comprimé neutre.

CT linalol et thujanol.

→ Adultes : maximum 2 gouttes trois fois par jour, sur un comprimé neutre.

→ Adolescent (> 12 ans) : maximum 1 goutte trois fois par jour, sur un comprimé neutre.

→ Enfant (> 6 ans) : maximum 1 goutte deux fois par jour, sur un comprimé neutre. L’utilisation par voie interne de l’huile essentielle de Thymus vulgaris, quel que soit le chémotype, ne devra pas dépasser sept jours sans avis médical.

Les CT linalol et thujanol peuvent être utilisés en diffusion, inhalation ou en application cutanée pure ou diluée chez l’adulte, et nécessairement diluées dans une huile végétale chez l’enfant à partir de 3 ans pour le CT linalol et à partir de 6 ans pour le CT thujanol.

• Médicaments à base de plantes : ceux avec du thym contiennent tous à l’heure actuelle des huiles essentielles. Il n’existe plus de spécialités basées sur d’autres types d’extraits.

L’huile essentielle de thym vulgaire y est associée à d’autres huiles essentielles antiseptiques, décongestionnantes et expectorantes. Il s’agit :

– des produits pour inhalation Pérubore, inhalation sous forme de capsules, et de Calyptol, inhalant sous forme d’émulsion ;

– de la pommade nasale Nazinette du Dr Gilbert.

Les Gouttes aux essences (Naturactive) sont passées en 2020 d’un statut de médicament à base de plantes à un statut de complément alimentaire, sans changement de formule.

• Contre-indications et précautions d’emploi : l’huile essentielle de Thymus vulgaris CT thymol est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 12 ans, la femme enceinte ou allaitante et chez les personnes asthmatiques et épileptiques. En raison du caractère irritant des phénols qu’elle comprend – thymol et carvacrol principalement –, l’huile essentielle de Thymus vulgaris CT thymol ne doit pas être employée en diffusion et est déconseillée en application cutanée, ou alors avec prudence et toujours diluée dans une huile végétale, sans dépasser 5 %.

Les autres chémotypes (CT linalol, CT thujanol) présentent moins de risques aux doses habituelles, mais sont déconseillés durant les trois premiers mois de grossesse.

Des questions ou des envies de sujets ? phyto@porphyre.fr

L’essentiel

Les feuilles et sommités fleuries et l’huile essentielle de thym sont principalement utilisées en cas :

→ de troubles ORL d’origine infectieuse ;

→ de toux ;

→ de troubles digestifs en infusion.

Tisane

Adolescents et adultes :

infusion (10 min) de 1 à 2 g de sommités fleuries séchées par tasse, jusqu’à 4 fois par jour.

Enfants (à partir de 4 ans) :

infusion (10 min) de 0,5 à 1 g de sommités fleuries séchées par jour.

Contre-indications et précautions d’emploi : éviter le soir, en cas d’hypertension artérielle non contrôlée et de tachycardie (effet tonique).

Huile essentielle

Ne pas dépasser 7 jours sans avis médical.

CT thymol

Adultes : maximum 1 goutte 3 fois par jour, sur un comprimé neutre.

Adolescent (> 12 ans) : maximum 1 goutte 2 fois par jour, sur un comprimé neutre.

Ne pas utiliser en diffusion et déconseillée en application cutanée.

CT linalol et thujanol

Adultes : maximum 2 gouttes 3 fois par jour, sur un comprimé neutre.

Adolescent (> 12 ans) : maximum 1 goutte 3 fois par jour, sur un comprimé neutre.

Enfant (> 6 ans) : maximum 1 goutte 2 fois par jour, sur un comprimé neutre.

Diffusion, inhalation ou application cutanée pure ou diluée chez l’adulte.

Diffusion et application cutanée nécessairement diluées dans une huile végétale chez l’enfant dès 3 ans pour le CT linalol, et 6 ans pour le CT thujanol.

Contre-indications et précautions d’emploi : le CT thymol est contre-indiqué chez les moins de 12 ans, la femme enceinte ou allaitante, les asthmatiques et épileptiques. Les chémotypes CT linalol et CT thujanol sont déconseillés durant les trois premiers mois de grossesse.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !