Sarah, 12 ans, découvre son diabète de type 1 - Porphyre n° 573 du 24/03/2021 - Revues
 
Porphyre n° 573 du 24/03/2021
 

Savoir

L’ordo

Auteur(s) : Florence Dijon-Leandro

Sarah, une collégienne de 12 ans, vient d’être diagnostiquée diabétique de type 1. Ses parents viennent chercher les médicaments et le matériel prescrits à la suite de son hospitalisation.

Ce que je dois savoir

Législation

Les ordonnances sont conformes.

Condiv

• Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune caractérisée par la destruction progressive des cellules bêta du pancréas. Ces dernières secrètent l’insuline, hormone indispensable pour faire pénétrer le glucose dans les cellules.

• La prise en charge consiste à apporter de l’insuline pour pallier le déficit et maintenir l’équilibre glycémique afin de prévenir les hypoglycémies et la cétoacidose, et les complications à long terme de l’hyperglycémie chronique : rétinopathie, néphropathie, neuropathie, artériopathie… Une hygiène alimentaire et physique est indispensable.

• Le risque d’acidocétose. En l’absence d’insuline, les cellules utilisent les graisses plutôt que les sucres, ce qui conduit à la production de corps cétoniques et à un risque d’acidocétose pouvant donner des troubles de la conscience, un coma ou la mort sans prise en charge rapide.

• Les hypoglycémies résultent de l’inéquation entre la dose d’insuline et les apports alimentaires et/ou l’activité. Les signes sont des tremblements, palpitations, sueurs, pâleur, voire malaise, troubles du comportement, paresthésie, vision trouble et coma en cas de glycémie < 0,5 g/L.

Objectifs

• L’apport d’insuline de 0,5 à 1 unité par kilo et par jour pallie l’absence de sécrétion pancréatique. Sarah bénéficie d’un protocole « basalbolus ». L’insuline « lente » administrée une à deux fois par jour reproduit la sécrétion de base, et l’insuline « rapide » administrée à chaque repas reproduit le pic insulinique (« bolus ») nécessaire à l’assimilation des glucides du repas.

• L’autosurveillance glycémique au moins quatre fois par jour permet d’adapter les doses d’insuline. Les valeurs normales vont de 0,7 à jeun à 1,6 g/L deux heures après le repas.

• En cas d’hyperglycémie supérieure à 2,5 g/L, contrôler la cétonémie.

Médicaments

Insuline asparte (NovoRapid Penfill)

Insuline « rapide » dont l’action hypoglycémiante, qui démarre en 10-20 minutes et dure de 3 à 5 heures, est due à la liaison de l’insuline aux récepteurs des cellules musculaires et adipeuses, facilitant ainsi l’assimilation du glucose, et à l’inhibition simultanée de la production hépatique de glucose.

Insuline détémir (Levemir Penfill)

Levemir est un analogue soluble de l’insuline d’action prolongée utilisé comme une insuline basale. L’action hypoglycémiante démarre en 1 à 2 heures pour une durée de 14 à 24 heures.

Glucagon (Glucagen)

Cette hormone hyperglycémiante à 1 mg/mL libère du glucose dans le sang. C’est un traitement d’urgence par voie sous-cutanée ou intramusculaire de l’hypoglycémie sévère avec troubles de la conscience. Il agit en dix minutes.

Dispositifs médicaux

NovoPen Echo

Ce stylo injecteur d’insuline pour cartouche de 3 mL, 100 UI/mL, permet une sélection de doses de 0,5 à 30 UI. Son corps est démontable pour insérer la cartouche. Il s’utilise avec des aiguilles NovoFine ou NovoTwist.

NovoFine Plus 4 mm, G32, 0,23 mm

Aiguilles siliconées courtes de 4 mm de long à double biseau et embase plate limitant le risque d’injection intra-musculaire de l’insuline.

Système FreeStyle Libre, capteur et lecteur

Ce « système flash d’autosurveillance du glucose interstitiel » mesure la glycémie en continu (voir Porphyre n° 533, juin 2017). Il comprend :

→ un capteur, avec un transmetteur et un filament stérile souple inséré par le patient à 5 mm sous sa peau au niveau du liquide interstitiel et à l’arrière du bras via un applicateur. Il mesure automatiquement le taux de glucose interstitiel toutes les minutes et les enregistre toutes les 15 minutes durant huit heures. Il est scanné au moins une fois toutes les huit heures par le lecteur FreeStyle Libre pour ne pas perdre les premières données. Il se porte quatorze jours ;

→ un lecteur avec écran tactile scanne le capteur une dizaine de fois par jour afin de récupérer les résultats de taux de glucose. Il intègre un lecteur de glycémie et de cétonémie.

Bandelettes FreeStyle Optium

Ces électrodes de dosage de la glycémie comportent trois barres de contact et une zone de dépôt d’une goutte de sang de 0,6 microlitre. Elles s’utilisent notamment avec le lecteur Free-Style, avec un temps de lecture de 5 secondes.

Freestyle Optium ß-cétones électrodes

Ces électrodes de dosage des corps cétoniques avec trois barres de contact et une zone de dépôt de sang de 1,5 microlitre s’emploient notamment avec le lecteur FreeStyle, avec un temps de lecture de 10 secondes.

Repérer les difficultés

• Rappeler les signes de l’hypoglycémie et la conduite à tenir.

• Vérifier que Sarah a un autopiqueur pour prélever du sang capillaire en cas de contrôle urgent de la glycémie ou des corps cétoniques.

• La gestion d’un diabète chez une adolescente.

Ce que je dis aux parents

J’ouvre le dialogue

« Sarah sait-elle à quoi servent les deux insulines ? Adapter les doses ? » et « Connaît-elle les signes nécessitant de contrôler ses taux de sucre et de corps cétoniques ? » vérifient les connaissances. « Des associations comme l’Aide aux jeunes diabétiques ou l’Association française des femmes diabétiques vous aideront » oriente la famille.

J’explique le traitement

Mécanismes d’action

• Les injections d’insuline pallient l’absence de sécrétion naturelle et normalisent la glycémie car un taux élevé chronique de sucre dans le sang a des conséquences néfastes, notamment sur les reins et les yeux. L’insuline « lente » ne doit jamais être arrêtée car elle remplace la sécrétion de base du pancréas. L’insuline « rapide » n’est réalisée qu’en cas de repas, sinon la « sauter ».

• Contrôler ses taux de sucre évite hypo- et hyperglycémies et permet d’ajuster l’insuline rapide au mode de vie.

Modalités d’administration

• Insuline : purger le stylo en visualisant une goutte d’insuline au bout de l’aiguille. Piquer perpendiculairement à la peau en sous-cutané, injecter. Maintenir l’aiguille 10 secondes pour éviter la fuite de l’insuline, la retirer avant de relâcher le bouton-poussoir afin que du sang ne reflue pas dans la cartouche. Changer de site à chaque fois : cuisse, abdomen, bras, fesse.

• FreeStyle : scanner le capteur avec le lecteur au moins une fois toutes les huit heures.

• Glucagen : en cas d’hypoglycémie sévère. Injecter l’eau dans le flacon de poudre. Remuer jusqu’à dissolution. Prélever et injecter en IM.

Effets indésirables

• Insulinothérapie : hypoglycémie, lipodystrophie (épaississement local et réversible du tissu adipeux), prise de poids modérée.

• Glucagen : nausées.

J’accompagne

Surveillance

• La surveillance glycémique est essentielle pour éviter les « hypo » et les « hyper ».

• Fournir un conteneur Dasri.

• Conservation : l’insuline se garde au frais entre + 2 et + 8 °C, puis à température ambiante < 30 °C une fois entamée pendant quatre (Novo-Rapid) ou six (Levemir) semaines. Conserver Glucagen Kit entre + 2 et + 8 °C ou à température ambiante (maximum 25 °C) dix-huit mois.

• Attention aux repas sautés, trop légers ou décalés. Mieux vaut alors injecter l’insuline « rapide » en fin de repas.

Vente associée

Solutions de resucrage rapide : GlucoPulse…

Prescription

Dr P., pédiatre endocrinologue.

Sarah L., 12 ans, 1,40 m, 32 kg.

Ordonnance 1

• NovoPen Echo 2 stylos.

• NovoFine 4 mm

4 aiguilles par jour.

• NovoRapid Penfill

4 unités avant chaque repas.

1 boîte par mois.

• Levemir Penfill

4 unités avant le repas du soir.

1 boîte par mois.

• Glucagen Kit

En cas d’hypoglycémie associée à une perte de connaissance.

2 boîtes, AR si besoin. QSP 3 mois.

Ordonnance 2

• FreeStyle Libre

1 lecteur de glycémie.

• FreeStyle Libre capteur

Un capteur tous les 14 jours.

• Bandelettes

FreeStyle Optium

Contrôle de la glycémie capillaire si besoin.

1 boîte, AR si besoin.

• FreeStyle Optium ß-cétones électrodes

Contrôle des corps cétoniques si glycémie > 2,5 g/L. 1 boîte, AR si besoin.

QSP 3 mois.

Info+

→ La concentration du glucose du milieu interstitiel est le reflet de la glycémie car le glucose traverse la paroi des vaisseaux pour rejoindre les tissus environnants, en passant par le milieu interstitiel. Le taux de glucose interstitiel et la glycémie évoluent en parallèle, mais il existe un délai de quatre à dix minutes avant d’atteindre un équilibre entre les deux valeurs. D’où la nécessité de contrôler la glycémie capillaire pour confirmer une hypoglycémie, et en cas de symptômes qui ne correspondraient pas au résultat sur le lecteur FreeStyle.

La maman me demande

« Quel sucre prendre en cas d’hypoglycémie ? »

Il faut prendre 15 g de glucides, soit trois morceaux de sucre (un sucre pour 20 kg de poids chez l’enfant) ou une briquette de jus de fruits (200 mL) ou de soda non light (125 mL), ou une cuillère à soupe de miel ou de confiture ou de sirop de grenadine, ou un mini-berlingot de lait concentré sucré ou une à deux pâtes de fruits, puis contrôler la glycémie après 15 minutes. Attention, pas de barres chocolatées avec des lipides car ils retarderaient l’arrivée de sucre dans l’organisme.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !