Porphyre n° 573 du 24/03/2021
 

COSMÉTOLOGIE

S’informer

Actus

Anne-Gaëlle Harlaut


Une étude(1) met en cause l’octocrylène, un filtre UV organique utilisé dans les produits de protection solaire, mais aussi les crèmes anti-âge, des shampooings, etc. En ligne de mire, la benzophénone, un produit de dégradation de l’octocrylène, capable de passer la barrière cutanée et connu comme potentiel cancérigène et perturbateur endocrinien. Les modèles animaux montrent un risque de lymphomes et de cancer du foie ou cutané. Les chercheurs ont testé des produits contenant de l’octocrylène, soumis à un processus de vieillissement accéléré reflétant une année de conservation. La benzophénone est présente dans la quinzaine de références commercialisées, et sa concentration augmente vite avec le vieillissement du produit, jusqu’à 200 % après un an. « Ces résultats ne sont pas étonnants. En vieillissant, il se crée des réactions chimiques qui peuvent dégrader ce ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

La communication des pharmacies européennes sur le sol français vous fait-elle peur ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !