Porphyre n° 572 du 18/02/2021
 

LÉGISLATION

S’informer

Actus

Anne-Charlotte Navarro

Les pharmacies bénéficient d’une dérogation pour ouvrir durant le couvre-feu afin de garantir l’accès aux soins, a rappelé l’Ordre en janvier, mais certains titulaires choisissent de fermer à 18 heures et font récupérer les heures… ou pas. Mode d’emploi.


Outre l’indemnisation par le chômage partiel ou la signature d’un avenant, beaucoup d’employeurs ont opté pour la récupération des heures. « Ce choix est malheureux car les bases juridiques de la récupération d’heures sont fragiles. Il serait plus simple pour l’employeur de mettre les salariés au chômage partiel pour les heures perdues », indique Rodolphe Meneux, avocat spécialisé en droit social à l’officine. Si c’est le chômage partiel… En pratique, le salarié placé en chômage partiel par l’employeur percevra pour les heures perdues 70 % de son salaire brut de référence, soit 84 % du net, dans la limite de 32,29 € brut de l’heure. Ce calcul est rendu possible par des allégements de charges. Le salaire net de référence est celui qui sert à calculer l’indemnité de congés payés. De son côté, l’employeur recevra une allocation ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Des personnes refusent-elles de se faire tester quand vous leur annoncez qu'elles doivent régler le test antigénique Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !