Porphyre n° 566 du 27/08/2020
 

Courrier


Il a fallu une grave crise sanitaire pour se rendre compte qu’il fallait relocaliser la production de certains médicaments. Mais comment a-t-on pu en arriver là ? C’est-à-dire à devenir dépendant d’autres pays, comme l’Inde ou la Chine, pour des substances dont on devrait pouvoir disposer facilement en pharmacie. Devoir rationner le paracétamol en temps de confinement reste quelque chose qui m’a vraiment marquée. Myriam, préparatrice à Béthune (62) Porphyre répondLe coût de la main-d’œuvre pèse toujours beaucoup. Relocaliser est un vœu pieux. Attention aux discours démagogiques. La question relève surtout de l’Europe car la France seule ne pourra pas grand-chose.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Depuis le couvre-feu, ressentez-vous davantage d’insécurité après 18 heures ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK