Porphyre n° 560 du 19/02/2020
 

SYNDROME DE CHOC TOXIQUE MENSTRUEL

S’informer

Actus

Marianne Maugez


L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a complété son évaluation de 2018 sur la sécurité des protections intimes(1). L’objectif ? Mieux caractériser les matériaux utilisés dans les tampons et les coupes et estimer le risque de syndrome de choc toxique (SCT) menstruel. Cette maladie infectieuse est liée à certaines souches bactériennes de staphylocoques dorés productrices d’une toxine responsable du choc(2). Un Staphycolococcus aureus sur cinq possède le gène codant cette toxine. Parce qu’elles bloquent le flux menstruel, les protections internes favorisent le développement bactérien. Avec 23 cas en France en 2017, le SCT est rare, mais potentiellement mortel. Ainsi, une Belge de 17 ans en est décédée, le 9 janvier 2020… L’Anses n’a trouvé aucune relation directe entre les propriétés physico-chimiques des composants des protections ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

La communication des pharmacies européennes sur le sol français vous fait-elle peur ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !