Porphyre n° 559 du 20/01/2020
 

RÈGLES DE SUBSTITUTION

S’informer

Actus

Magali Clausener


Les règles de substitution ont changé au 1er janvier 2020, suite à la loi de financement de la Sécurité sociale. La mention « non substituable » sur l’ordonnance n’est plus obligatoirement manuscrite. Les officinaux doivent systématiquement proposer un générique aux patients avec une ordonnance contenant un médicament dont le brevet est tombé dans le domaine public. Si un patient choisit le princeps, il est remboursé sur la base du prix du générique le plus cher. Trois situations médicales peuvent justifier la non substitution(1) : prescription de médicaments à marge thérapeutique étroite (azathioprine, buprénorphine, ciclosporine, évérolimus, lamotrigine, lévétiracétam, lévothyroxine, mycophénolate mofétil et sodique, pregabaline, topiramate, valproate de sodium et zonisamide) ; prescription chez l’enfant de moins de 6 ans, quand aucun générique n’a de galénique adaptée; patient présentant une contre-indication formelle et démontrée à un excipient ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK