Au-delà du symptôme - Porphyre n° 552 du 23/04/2019 - Revues
 
Porphyre n° 552 du 23/04/2019
 
KEVIN BURDIN

Exercer

C’est vous

Auteur(s) : Marianne Maugez

Préparateur depuis 3 ans, Kevin est curieux. Huiles essentielles, plantes médicinales, hypnose ou nutrition, ce touche-à-tout explore les disciplines pour mieux accompagner les patients.

Naturopathe ? Kevin trouve le terme un peu trop « fourre-tout ». Pourquoi pas thérapeute holistique ? « C’est ce qui correspond le plus à mon approche de la santé, mais la connotation un peu ésotérique n’est pas pour moi. » Kevin réfléchit à ce qu’il va inscrire sur la plaque du cabinet de consultation privée qu’il va ouvrir à Albertville en Savoie. Il a opté pour la solution la plus simple. Ce sera « phytothérapeute, aromathérapeute, nutrithérapeute et hypnothérapeute ». Oui, Kevin a plus d’une corde à son arc. Depuis son BP en 2015, il enchaîne les DU. « Je me suis donné 4 ou 5 ans après le BP pour approfondir les sujets qui me semblaient importants et pour être le meilleur possible dans ces domaines. »

Cherche et trouve

Travailler dans le médical a toujours été une évidence. « Je voulais m’orienter vers l’orthophonie. J’ai passé le concours plusieurs fois en France et en Belgique mais je n’ai pas été reçu. » Il tente la psychologie à la faculté de Chambéry, mais « j’ai préféré laisser tomber en 2e année. Trop de statistiques. L’humain n’était pas au centre des préoccupations ». Après un passage dans une école d’étiopathie (1) à Lyon qui ne mène nulle part, Kevin s’intéresse au métier de préparateur : « La formation relativement courte et l’alternance m’ont convaincu ». Il se plonge avec bonheur dans les cours au CFA de Groisy (74). « Je me suis révélé à un point que je ne pensais pas. Pendant toute ma scolarité, j’avais été un élève moyen, se contentant du strict minimum. Là, j’étais l’un des meilleurs de ma promo. Je le dois aux professeurs, aussi passionnés que passionnants. Ils étaient vraiment investis dans la formation pour faire de nous de bons préparateurs. » À la pharmacie où il fait son apprentissage, Kevin n’a pas accès au comptoir, mais il assiste aux formations des laboratoires. « Nous avions un rayon « nature et santé » avec plusieurs gammes représentées. Je me suis rendu compte qu’il y avait énormément de disciplines à côté de l’allopathie. »

Le patient est un tout

Au fur et à mesure de ses découvertes, son approche de la santé et de la prise en charge évolue. Il voit le symptôme comme la partie visible de l’iceberg, un moyen pour l’organisme de se faire entendre : « En ne soignant que l’organe malade, on peut passer à côté de la véritable origine du problème. » C’est cette approche globale du patient que Kevin veut développer dans son cabinet : « Je veux intégrer le patient au cœur de ma pratique. Le considérer pour ce qu’il est, et que tout ce qui l’entoure fait partie de lui. » Il ne renie pas pour autant l’allopathie : « Les médicaments sont indispensables mais doivent faire partie d’un tout. Connaître plusieurs domaines me permet de maîtriser les limites de chacun. » L’ouverture prochaine de son cabinet ne remet pas en cause son métier de préparateur : « Je vais partager mon temps entre le cabinet et l’officine où je travaille depuis mon apprentissage. Cela fait 6 ans et je ne compte pas changer ! » Il envisage une consultation à 40 euros et 70 euros pour une séance d’hypnose quand il aura fini de se former. Pour se faire connaître, il compte sur sa page Facebook, où il reçoit déjà des demandes de consultations. Il espère un coup de pouce de la presse locale, mais surtout le bouche-à-oreille. Et bien sûr, pas de publicité à la pharmacie !

(1) Approche systémique du corps humain visant à rechercher l’origine des symptômes et à les traiter par thérapie manuelle.

Kevin Burdin

Âge : 29 ans.

Formation : BP, DU de dermo-cosmétologie, DU pratiques paramédicales en nutrition et micronutrition, DU phytothérapie et aromathérapie. Créateur de la page Facebook Naturopia.

Lieu d’exercice : Albertville (73).

Ce qui le motive : trouver l’outil thérapeutique le plus adapté pour un patient car chacun a un vécu différent.

Si vous étiez un titulaire ? Je tiendrais compte des avis et envies de mes collaborateurs pour faire évoluer la pharmacie et accompagner au mieux les patients.

Si vous étiez un client ? Je voudrais comprendre ce qui motive le conseil que je reçois.

Si vous étiez un médicament ? Il corrigerait le mal-être mais sans effet secondaire. Il n’existe pas encore !

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !