Gardien de poisons - Porphyre n° 551 du 20/03/2019 - Revues
 
Porphyre n° 551 du 20/03/2019
 

Édito

Auteur(s) : Christine Julien

Tous les mois, monsieur L. vient chercher ses comprimés d’opioïde faible. Il en prend 800 mg par jour. Vous compatissez, « il a tellement mal ». Tiens, il est en avance pour son renouvellement, ce mois-ci. Il vous dit « qu’il dort mieux avec ». En regardant l’historique, vous relevez que cela fait 3 ans qu’il en prend. C’était pour quoi, déjà ? Ah oui, une lombalgie.

Débusquer les comportements à risque des antalgiques opioïdes est du ressort officinal et peut éviter à certains patients plus vulnérables de glisser insidieusement de la pharmacodépendance à l’addiction. Avec quelques questions, vous pouvez alerter le patient et en parler au médecin ou à votre titulaire, qui le fera. Les intoxications aux antalgiques opioïdes sont en hausse. Il ne s’agit pas de restreindre leur usage ô combien indispensable, mais d’éviter une quelconque crise sanitaire. Même si nous ne sommes pas dans la situation des USA, où la large promotion de l’oxycodone dans pléthore d’indications et sa publicité agressive auprès du grand public sont responsables de dizaines de milliers de morts et de patients devenus dépendants à l’héroïne. Alors en espérant éviter les déconvenues du mésusage tout en continuant à traiter les douleurs, misons sur la prévention, et portez-vous bien.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !