Porphyre n° 551 du 20/03/2019
 

Courrier


On parle assez souvent de pharmacovigilance, mais un sujet de plus en plus fréquent et inquiétant émerge depuis quelque temps. Il s’agit du mésusage des médicaments. Comment ces pratiques sont-elles surveillées ? Comment s’en affranchir à l’officine ? Gérard, préparateur à Arras (62) Porphyre répond Le mésusage a toujours existé. Qu’il soit intentionnel à visée « récréative », ou secondaire à une mauvaise gestion de la maladie par une prescription inadaptée ou une mauvaise observance. La pharmacovigilance est de votre ressort en tant que préparateur car vous êtes aux premières lignes pour constater et signaler, mais aussi accompagner pour tenter de l’éviter (lire actu page 6).

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Allez-vous continuer à pratiquer des tests antigéniques malgré les baisses de tarif ?


Solutions

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK