Porphyre n° 550 du 20/02/2019
 

VIGILANCE

S’informer

Actus

Caroline Bouhala


Après l’acétate de cyprotérone (Androcur), c’est au tour de l’acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) et de l’acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques), progestatifs utilisés dans la ménopause, l’endométriose et les troubles menstruels, d’être sur la sellette. Des cas de méningiome, associés à leur utilisation à doses thérapeutiques, ont été observés. Le méningiome est une tumeur, le plus souvent bénigne, qui se développe à partir des méninges, membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Elle peut régresser à l’arrêt du traitement, mais aussi nécessiter une chirurgie en cas de symptômes cliniques. En attendant une étude épidémiologique qui déterminera, ou pas, le sur-risque de méningiome sous ces deux progestatifs, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) indique la marche à suivre aux professionnels de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

La communication des pharmacies européennes sur le sol français vous fait-elle peur ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !