Porphyre n° 550 du 20/02/2019
 

S’informer

Actus

Anne-Charlotte Navarro

Sauf nouvel accord trouvé avant cette date, à compter du 30 mars 2019, le Royaume-Uni ne sera plus membre de l’Union européenne. Ce Brexit pourrait conduire à des pénuries de médicament dans les officines françaises. Une situation que les professionnels tentent d’anticiper.


En juin 2016, près de 52 % des Britanniques ont voté pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). Or, de nombreux laboratoires ont leur unité de production ou de recherche au Royaume-Uni(1). L’agence européenne du médicament est elle-même basée à Londres. Le Leem (Les Entreprises du médicament)(2) rappelle que le Royaume-Uni est le 4e partenaire commercial de la France à l’exportation et le 7e à l’importation. Telle qu’elle est prévue à l’heure où nous imprimons, la sortie brutale du Royaume-Uni de l’UE annulera les procédures communes d’Autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne ou de libération de production. Et l’importation d’un médicament produit au Royaume-Uni donnera lieu à des frais de douane. Dans ces conditions, le Brexit(3) aura des conséquences préjudiciables sur le marché français du médicament, notamment ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK