Porphyre n° 542 du 23/04/2018
 

Savoir

La patho

Florence Leandro

Le patient transplanté est un patient chronique particulier. La greffe d’un organe améliore significativement son espérance de vie, mais impose un important traitement immunosuppresseur à vie. Son observance rigoureuse, au début et au long cours, est vitale et nécessite un accompagnement de qualité.


La maladie Physiopathologie Transplantation •La greffe d’un organe repose sur le don d’organes et la compatibilité entre un donneur et un receveur (lire Porphyre n° 541, avril 2018 ). •Les indications dépendent de l’organe concerné : insuffisance rénale chronique avancée (voir Dico + ci-contre ) pour le rein, cirrhose évoluée (voir Dico + p. 26 ) pour le foie, diabète de type I pour le pancréas… •Les objectifs. En palliant l’insuffisance terminale d’un organe, il devient possible d’éviter un décès, d’augmenter l’espérance ou la qualité de vie, ou de réduire les coûts par rapport à des alternatives thérapeutiques, telle la dialyse pour l’insuffisance rénale. •Seul le suivi des greffes d’organes solides sera abordé ici, c’est-à-dire principalement rein, foie, cœur, poumons, pancréas et intestin. Il est alors plus juste de parler de transplantation et de transplant que de greffe et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK