Porphyre n° 542 du 23/04/2018
 

Courrier


Voilà des années qu’on entend parler des dangers des vasoconstricteurs par voie orale, mais là, de hautes instances estiment qu’ils devraient être prescrits sur ordonnance. Que fait-on du rôle des officinaux ? Qu’il s’agisse de délivrer du paracétamol, de l’ibuprofène ou de la pseudoéphédrine, notre rôle est de conseiller, mais aussi de prévenir. N’y at– il pas là une certaine défiance vis-à-vis de l’officine ? Uniquement bonne à distribuer des petits cachets ? Claire, préparatrice, Lille (59) Porphyre répond Lister un médicament dont la balance bénéfice-risque est inacceptable, en attendant son retrait, limite son accès. Et ceci, sans remettre en cause votre professionnalisme pour autant (voir Porphyre n° 541 d’avril).

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK