Porphyre n° 541 du 20/03/2018
 

VASOCONSTRICTEURS ANTI-RHUME

S’INFORMER

Actus

Anne-Gaëlle Harlaut


Pour l’Académie de médecine, l’interdiction de publicité décidée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)(1) pour les vasoconstricteurs oraux contenant de la pseudoéphédrine ne suffit pas. Dans un communiqué du 8 mars 2018, elle réaffirme que « …les vasoconstricteurs administrés par voie orale ne devraient être délivrés que sur prescription médicale ». Pour le Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien, membre de l’Académie de médecine(2), cette réponse de l’ANSM face au risque d’effets indésirables graves de ces produits est biaisée : « Ils bénéficient depuis longtemps d’une forte notoriété. Qu’il y ait ou non de la publicité n’influencera guère leur utilisation en automédication ». Selon l’Académie, cette « décision ne modifie en rien la situation paradoxale » des vasoconstricteurs en France. La balance bénéfice/risque des formes orales est moins favorable que celle des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK