Porphyre n° 540 du 22/02/2018
 

S’INFORMER

Actus

Christine Julien

Des préparateurs et des pharmaciens adjoints ne bénéficient pas d’un coefficient adéquat. Certains salariés seraient sous-cotés. Deux études réalisées en parallèle par la branche officine et le syndicat Force ouvrière montrent des distorsions entre la grille de classification professionnelle et la réalité.


Comment les employeurs appliquent-ils la grille de classification ? Les salariés sont-ils positionnés au bon coefficient parmi ceux prévus par la convention collective ? Les rémunérations sont-elles conformes aux critères de la grille ? Deux études réalisées en 2017 (voir encadré p.7), l’une plus complète, par l’Observatoire des métiers des professions libérales (OMPL) à la demande de la branche officine(1), l’autre par le syndicat Force ouvrière Pharmacie(2), montrent une relative négligence quant au respect des coefficients, et donc de la rémunération. Deux métiers font le plein La première constatation de l’étude « Modalités d’application de la grille de classification professionnelle » de l’OMPL, présentée le 29 janvier, concerne la répartition des métiers. Sans surprise, 66,1 % des répondants sont préparateurs et 21,3 %, pharmaciens adjoints. Idem dans l’enquête Force ouvrière, publiée le 2 février, où plus de 98 % des salariés sont ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK