Porphyre n° 540 du 22/02/2018
 

Courrier


Un petit coup de gueule contre les pharmacies-supermarchés où l’on entre avec un chariot et qui accueillent des touristes asiatiques par cars entiers, qui dévalisent les rayons par lots complets… C’est là qu’on se rend compte que, quelque part, il y a quelque chose qui est parti de travers. Comment en est-on arrivé là ? À vendre plutôt qu’à prendre soin ? Émilie, préparatrice, Paris (75) Porphyre répond C’est un choix de positionnement. Et il n’est pas dit que vendre et prendre soin soient incompatibles. Certaines officines font les deux. Avec à la clé, la valorisation à la grille pour la pratique d’une langue étrangère !

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Constatez-vous un impact du mouvement des Gilets jaunes sur votre activité économique ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK