Porphyre n° 540 du 22/02/2018
 

Édito


Près d’un préparateur sur trois n’est pas à son bon coefficient. Deux études sur les modalités d’application de la grille de classification à l’officine laissent perplexe (lire actu p.6). Autre surprise, la moitié des salariés sous-cotés, c’est-à-dire avec un coefficient inférieur à celui qu’ils devraient avoir d’après leurs années de pratique, est payée correctement, en adéquation avec son expérience !Chacun se fera une opinion sur les causes possibles de cette situation… de pagaille, mais cela laisse coi. Préparateurs ou pharmaciens, dont les études poussent à la rigueur et à la précision, pourraient faire preuve de la même exigence sur les règles de calcul des coefficients. Ce n’est pourtant pas si compliqué ! Outre le fait pour le titulaire de risquer un rappel à l’ordre par les tribunaux (lire actu p.8), le salarié perd ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK