Les coupes menstruelles - Porphyre n° 531 du 27/03/2017 - Revues
 
Porphyre n° 531 du 27/03/2017
 

Savoir

Le matériel

Auteur(s) : Clarisse Feuvrier

Adieu serviettes et tampons ! Disponibles en officine mais encore mal connues, les « cups » sont une option efficace, économique et écologique pour recueillir le sang en période de règles.

Définition

• Une coupe menstruelle, ou cup en anglais, est un petit réceptacle souple en forme de cloche, qui s’insère et reste dans le vagin pour recueillir le sang des règles. C’est une alternative aux tampons et aux serviettes hygiéniques. Les coupes sont réutilisables car lavables et stérilisables.

• Ce ne sont pas des dispositifs médicaux et elles ne sont pas marquées CE pour l’instant. Comme les protections périodiques, ce sont des « articles et appareils utilisés dans l’hygiène corporelle » autorisés à la vente à l’officine (arrêté du 15 février 2002 fixant la liste des marchandises dont les pharmaciens peuvent faire le commerce dans leur officine).

• Il n’existe aujourd’hui aucune réglementation spécifique sur les protections absorbantes ou les coupes menstruelles, produits de consommation courante. Près de soixante coupes sont répertoriées sur easycup.fr, un site et un forum d’utilisatrices. Elles sont disponibles par correspondance, dans les magasins bio, les grandes surfaces, les officines…

Menstruations

• Les règles normales durent de trois à sept jours, avec une perte sanguine menstruelle considérée normale jusqu’à 80 ml(1). Au-delà, on parle d’hyperménorrhée (voir Lexique). La majorité des femmes perd autour de 30 ml par cycle.

• Volume des tampons périodiques. Un tampon Mini absorbe 6 à 9 ml, un Normal ou Régulier, 9 à 12 ml, un Super, 12 à 15 ml, et un Super Plus, 15 à 21 ml. Sur les boîtes, cela est mentionné par des gouttes : 1 goutte correspond à 6 g de sang ou moins, 2 gouttes de 6 à 9 g, etc. À noter : il est difficile d’évaluer la capacité d’absorption des serviettes vu la surface importante en dehors du flux d’écoulement !

Principe de la coupe

La coupe est placée dans le bas du vagin, entre l’os pubien et le périnée, où elle se déplie. Ses bords s’appliquent sur les parois de manière étanche, ne laissant plus passer le flux menstruel. Elle tient grâce aux muscles locaux. Lorsque la coupe se remplit de sang, l’air est chassé par les petits trous ou par un bec évasé.

• Avantages. La coupe n’absorbe pas les secrétions vaginales, ce qui réduit sécheresse et irritations. Elle n’entraîne pas de macération, limitant les odeurs désagréables, et n’interagit pas ou très peu avec la flore vaginale.

• Inconvénients. Elle nécessite d’être à l’aise avec son corps et son sang menstruel, de pouvoir se nettoyer les mains un minimum, et de s’entraîner !

• Contre-indications : le post-partum ou post-IVG, car le col n’est pas assez refermé (pas de tampon non plus). Il est conseillé d’attendre deux cycles après le retour de couches et d’éviter son usage lors d’un épisode infectieux pour ne pas aggraver l’inconfort et optimiser l’efficacité du traitement local. Le stérilet n’est pas une contre-indication, mais éviter l’effet ventouse lors du retrait de la coupe (ne pas tirer sur la tige verticalement). L’insertion peut endommager l’hymen des filles et femmes vierges comme avec un tampon.

Description

Les coupes existent en plusieurs tailles et volumes, pour s’adapter aux flux et aux différences anatomiques. Elles se différencient aussi par leur forme, leur couleur, pour une praticité, un confort ou un design au goût de chaque fille ou femme. La plupart des marques proposent au moins deux tailles et deux volumes, certaines dans une même boîte (Inticup 1…).

• Aspect général. Les coupes ont une forme générale de cloche ou de tulipe, plus ou moins évasée ou cylindrique avec, dans la partie large, un rebord classique ou un bourrelet au niveau duquel se fera le contact avec la paroi du vagin.

→ Sur la partie haute, plusieurs trous, de deux à six, plus ou moins grands pour un sang épais, permettent de chasser l’air au fur et à mesure que la coupe se remplit de sang. La Lily Cup n’a pas de trous mais une partie plus haute avec un bord évasé d’où s’échappe l’air.

→ Ce vase se prolonge d’une tige ronde ou plate, de 20 mm en moyenne, munie (Liberty Cup, Claricup 2) ou pas (Lunacopine 4) de boules tout du long ou juste à son extrémité (Naturcup, Meluna, Si-Bell…) avec des stries pouvant aider à s’agripper pour les manipulations. Certaines ont une tige en forme d’anneau (FemmyCycle…), d’autres en sont démunies, telle Luneale 3, dont la coupe est dotée d’une zone de préhension particulière, ou MoonPad. La plupart des tiges se coupent en cas de gêne.

• Poids et taille : de 11 à 15 g, de 39 à 46 mm de large sur 47 à 52 mm de hdiv hors tige.

• Volume de recueil : de 15 à 42 ml.

• Matériau : outre le rare thermoplastique élastomère (Meluna), les coupes sont en silicone dit médical, qui n’a pas de définition stricto sensu si ce n’est que le matériau est accepté par le corps humain. Il s’agit en général de silicone avec des normes ISO dont 13485, ou FDA, USP classe 6… Ne pas hésiter à demander des documents prouvant qu’il a été transformé selon des normes strictes, à l’instar de Claricup, Luneale… Le silicone est un produit minéral à base de silice qui est solidifié par catalyse. Le silicone à catalyse platine est le meilleur car sans risque de relargage dans le corps humain (Claricup, Luneale…). Il peut être imprégné d’ions argent antibactériens (Claricup). Le silicone est plus (LadyCup, MoonCup…) ou moins souple (FleurCup, Lunacopine…).

• Colorant : le silicone est translucide (Luneale, FleurCup, Lunacopine, NaturCup…) ou coloré (violet pour Claricare, vert et rose pour Inticup, bleu et fuchsia pour Lunacopine…), avec une base colorante certifiée corps humain à faible concentration.

• Coût : de 15 à 40 €. Pratiquement toutes sont fournies avec un sachet ou une boîte.

• Durée d’utilisation : cinq à dix ans selon les modèles, douze mois préconisés pour LilyCup.

Choix

Il se fait selon l’âge, la nulliparité, les habitudes… Préférer une petite taille pour les plus jeunes sans enfant et adapter la contenance au flux sanguin. Si la personne utilise des tampons Super ou Super Plus régulièrement, opter pour une grande contenance (30 ml).

Utilisation

Du début à la fin des règles, même en cas de spotting, la nuit, lors de la pratique d’un sport ou de la baignade, de la toilette… La retirer avant un rapport sexuel. Les essais en dehors des règles sont possibles. Si le vagin est peu lubrifié, la mouiller ou utiliser un gel lubrifiant.

• Insertion (voir infographie ci-dessous)

→ Se laver les mains.

→ Position du corps : faire le dos rond, le bassin en avant sans se cambrer ou mettre une jambe sur le bord des toilettes.

→ Replier la coupe pour en réduire le diamètre. Procéder de différentes manières : en deux ou en C, en sept, etc. L’insérer tout ou en partie, puis la laisser se déployer. La pousser jusqu’à ne plus ressentir de gêne. Pour vérifier son bon positionnement, s’assurer de ne rien sentir au niveau du col de l’utérus. Pour faciliter l’appui des bourrelets sur les parois du vagin, faire tourner la coupe. Certaines femmes vérifient la bonne ouverture en longeant la base de la coupe avec un doigt.

• Retrait

→ Quand ? Toutes les huit à douze heures ou quand elle est pleine, état objectivé par une sensation de décollement.

→ Comment ? En rompant l’étanchéité, c’est-à-dire en supprimant le contact en faisant passer un peu d’air. Il existe trois méthodes : pincer le fond de la coupe pour la déformer, bouger doucement la tige d’un côté puis de l’autre, sans tirer dans l’axe pour ne pas agresser les organes, ou aller chercher le bourrelet avec un doigt pour le décoller des parois.

Entretien

Avant la première utilisation et entre les règles.

→ La stériliser : cinq minutes insérée dans un fouet de cuisine pour éviter de toucher le fond de la casserole d’eau bouillante, à froid avec pastilles, à chaud dans un stérilisateur pour biberon ou dans un récipient en verre ou dédié (Claribox de Claricup) avec un peu d’eau placé au micro-ondes 4 minutes à 600 watts.

→ Ne pas plier la coupe chaude, au risque de la déchirer. Sécher à l’air libre ou avec un linge propre. Stocker dans une pochette ou une boîte propre. Astuce : ajouter une cuillère à café de bicarbonate dans l’eau pour garder la transparence d’une coupe translucide. À bannir : lave-vaisselle, détergent, gel hydro-alcoolique, au risque de l’altérer.

Durant les règles : après chaque retrait, la vider puis la rincer soigneusement à l’eau froide pour limiter la coloration dans le temps. Éviter l’eau chaude, qui « fixe? » le sang sur la coupe. La laver à l’eau chaude savonneuse mais un simple essuyage est possible sous réserve d’avoir les mains propres. Vérifier que les trous ne sont pas obstrués par le sang séché.

Mémento de la délivrance

→ Chercher la compatibilité contenance et taille par rapport au type de menstruations de l’utilisatrice.

→ S’assurer de l’absence d’infection vaginale ; avertir de l’incompatibilité ponctuelle dans ce cas.

→ Expliquer, à l’aide des schémas de la notice, les modalités d’insertion et de retrait.

→ Préciser les règles d’hygiène pour l’utilisation et l’entretien.

Insertion de la coupe

→ PLIER : par exemple, en C.

→ INSÉRER environ la moitié en maintenant le pli, puis relâcher et pousser vers le fond du vagin.

→ TOURNER en la maintenant pour s’assurer du déploiement complet. Le port doit être imperceptible ; sinon, pousser légèrement vers le haut.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !