La retraite complémentaire - Porphyre n° 531 du 27/03/2017 - Revues
 
Porphyre n° 531 du 27/03/2017
 

Comprendre

Enquête

La retraite complémentaire Agirc/Arrco s’ajoute à celle du régime général. Mais les règles de fonctionnement diffèrent. Et un accord paritaire du 30 octobre 2015 va modifier les règles de calcul de la liquidation des droits à compter de 2019.

L’Arrco (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) est le régime de retraite complémentaire obligatoire de tous les salariés du secteur privé, y compris des cadres sur la tranche A (du premier euro au plafond mensuel de la Sécurité sociale) et l’Agirc (Association générale des institutions de retraite complémentaire des cadres), celui des cadres et assimilés cadres.

Le fonctionnement de ces deux régimes diffère de celui du régime de retraite général de la Sécurité sociale. Il s’agit de régimes paritaires, c’est-à-dire que leur gouvernance et leur gestion sont confiées aux organisations syndicales et patronales. Ce n’est pas la loi qui fixe les modalités de ces régimes. Autre différence notable, ces dispositifs sont des systèmes de retraite à points.

L’acquisition de points de retraite

Pour permettre l’équilibre des régimes Agirc-Arrco, il existe une différence entre la cotisation, qui permet l’acquisition de points de retraite, et la cotisation prélevée par l’employeur sur le salaire. La première se nomme le taux contractuel de cotisation (6,20 %) et la seconde, le taux d’appel de cotisation (7,75 %).

Les cotisations prélevées sur votre salaire et versées aux organismes de protection sociale – Klesia pour les préparateurs de pharmacie – sont transformées chaque année en points de retraite. Le montant de ces cotisations varie selon le statut du salarié, l’entreprise, le secteur professionnel et l’assiette de cotisation. Cette assiette est découpée en tranches de salaires et est différente pour les salariés non cadres et les cadres ou assimilés cadres. Le calcul des cotisations est complexe. Pour résumer, le nombre de points attribués par an résulte de la multiplication de l’assiette par le taux de cotisation, dont le montant est divisé par le prix d’achat du point (appelé aussi, salaire de référence). En effet, chaque année, un prix d’achat du point Arrco et du point Agirc est fixé. En 2017, la valeur d’achat du point Arrco vaut 16,1879 € et celle du point Agirc, 5,6306 €. Par exemple, en 2016, un salaire brut de 30 000 € versé à un salarié non cadre équivaut à 118,80 points Arrco [30 000 € x 6,20 % (taux contractuel)/15,6556 € (salaire de référence 2016)]. Tout au long de votre carrière, vous accumulez ainsi chaque année des points de retraite. Vous pouvez également obtenir des points Arrco et Agirc pour certaines périodes : maladie, invalidité, maternité, chômage indemnisé, service national.

La conversion des points de retraite

Le jour où vous partez à la retraite, la totalité des points est convertie en une rente mensuelle. Cependant, la valeur du point est différente de celle de son prix d’achat.

Pour 2017, la valeur du point Arrco s’élève à 1,2513 € et celle du point Agirc à 0,4352 €. Un salarié qui a acquis 6 000 points Arrco et est parti fin 2016 à la retraite peut ainsi percevoir 7 507,80 € brut par an. À cette somme peut s’ajouter la pension calculée avec les points Agirc. Attention ! Vous pouvez subir une minoration du montant si vous décidez de partir avec des trimestres manquants ou avant l’âge d’obtention du taux plein pour la retraite de base de la Sécurité sociale. Cette minoration est définitive et son calcul est fonction d’un « coefficient d’anticipation viager ».

L’accord du 30 octobre 2015

Pour faire face à des difficultés financières et assurer la pérennité des régimes complémentaires, les partenaires sociaux sont parvenus à un accord le 30 octobre 2015. Cet accord national s’applique à toutes les branches, pharmacie comprise. Il entérine une revalorisation plus faible des pensions (indice des prix - 1 point) et fixe la date de revalorisation au 1er novembre de chaque année. En revanche, il augmente le prix d’achat du point en ajoutant 2 % à l’évolution du salaire moyen. Il modifie également le calcul du montant de la pension en instaurant des coefficients temporaires au 1er janvier 2019.

Si vous êtes né en 1957 et partez au taux plein en 2019, un « coefficient de solidarité » de 10 % sera appliqué à votre pension de retraite complémentaire durant trois ans. Concrètement, au lieu de percevoir 5 000 € par an, vous toucherez 5 000 € multipliés par 0,90, soit 4 500 €. En revanche, les salariés qui ne demandent pas tout de suite leur retraite complémentaire se verront appliquer une majoration de 10 à 30 % selon le nombre de trimestres de « décalage ». Enfin, l’accord aboutit à la création, en 2019, d’un régime unifié de retraite complémentaire issu de la fusion de l’Agirc et de l’Arrco.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !