Pourquoi les élections TPE ont-elles été boudées ? - Porphyre n° 530 du 28/02/2017 - Revues
 
Porphyre n° 530 du 28/02/2017
 

S’informer

Décryptage

Auteur(s) : Magali Clausener

Les résultats nationaux des élections professionnelles des très petites entreprises (TPE) ont été proclamés le 3 février. Ceux de la branche des pharmacies d’officine ne sont pas encore connus mais ne semblent pas brillants.

Quel est l’objectif des élections TPE ?

Il est de connaître la représentativité des syndicats sur les plans national et interprofessionnel, mais aussi au niveau de différentes branches, dont celle des pharmacies d’officine. Les organisations syndicales qui auront suffisamment de voix siégeront également aux prud’hommes et au sein des Commissions paritaires régionales interprofessionnelles. La représentativité est calculée à partir des résultats des élections 2016 dans les TPE et des élections dans les entreprises de plus de 11 salariés. Pour être représentatif, un syndicat doit remporter au moins 8 % des suffrages à ces deux scrutins (voir Porphyre N° 527, novembre 2016).

Quels sont les résultats nationaux ?

Ils ont été proclamés le 3 février 2017. Sur 4 502 621 salariés inscrits sur les listes électorales, seuls 330 928 ont voté. Soit un taux de participation très faible de 7,35 %. En 2012, date des premières élections TPE, il avait atteint 10,38 %. Pour ce qui est des résultats par syndicat, la CGT obtient 25,12 % des suffrages, la CFDT 15,49 %, FO 13,01 %, la CFTC 7,44 % et la CFE-CGC 3,38 %. À l’exception de la CFE-CGC et de la CFTC, les grandes organisations voient leur nombre de voix reculer par rapport à 2012. C’est particulièrement vrai pour la CGT, qui avait totalisé 29,57 % des suffrages en 2012. En revanche, l’Unsa a largement progressé, passant de 7,32 à 12,49 % en quatre ans, ce qui la place en quatrième position, juste derrière FO, et devant la CFTC.

Les syndicats ont-ils bien informé les salariés ?

Oui, ils n’ont pas lésiné sur les moyens : sites Internet dédiés, tournées dans toute la France, réunions publiques… Certains ont même débuté leur campagne dès juin 2016, alors que les élections devaient se dérouler du 28 novembre au 12 décembre.

Pourquoi la participation est si faible ?

Cela pourrait être dû à l’imbroglio juridique survenu début novembre 2016. La CGT s’est pourvue en cassation contre la décision du tribunal d’instance du XVe arrondissement de Paris, qui jugeait que la candidature du Syndicat des travailleurs corses aux élections professionnelles était bien recevable. Cette démarche a conduit le ministère du Travail à reporter les élections du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017. Pour l’Unsa, ce report pendant les fêtes de fin d’année « est la principale explication » de la faible participation. « Le ministère du Travail a organisé ces élections en dépit du bon sens et leur report a été fait à une période qui n’est pas la plus propice », estime Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral de Force ouvrière (FO)-Pharmacie. À la CGT, Lionel Krawczyk, secrétaire fédéral de la Fédération nationale des industries chimiques, glisse que « le report a pu avoir un effet négatif » sur la participation.

Cela a-t-il nui à la participation des préparateurs ?

Sophie Perdriau, secrétaire nationale de la Fédération santé-sociaux CFDT, pointe du doigt un autre problème : « Beaucoup de préparateurs n’ont pas été inscrits sur les listes électorales mais ne l’ont pas vérifié avant le vote. Nous avons eu de nombreux appels de salariés des pharmacies à ce sujet ». Roger Halegouet, responsable de la branche officine de la CFE-CGC-Chimie, fait le même constat. « Nous avons mené une enquête en ligne. Sur 100 réponses, 38 salariés n’avaient pas reçu le dossier pour voter ». Ce que confirme Olivier Clarhaut : « Nous avons eu beaucoup de préparateurs qui n’ont pas reçu leur matériel de vote à temps ou deux jours après le scrutin ». « Nous allons demander au ministère comment ont été établies les listes électorales », ajoute Sophie Perdriau.

A-t-on une idée des résultats pour les pharmacies ?

Pas encore car les résultats pour la branche des pharmacies devraient être connus courant mars. La représentativité des syndicats sera calculée en fonction des suffrages exprimés dans l’ensemble des pharmacies, quel que soit leur nombre de salariés. Selon certaines sources, le taux de participation aux élections TPE serait d’environ 11 % pour la branche, soit moins qu’en 2012 (14 %) mais plus qu’au niveau national. Et compte tenu des résultats dans toute la France, il est possible que l’Unsa fasse son apparition dans le paysage syndical des pharmacies.

NOS EXPERTS INTERROGÉS

→ Sophie Perdriau, secrétaire nationale de la Fédération santé-sociaux CFDT.

→ Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral de Force ouvrière (FO)-Pharmacie.

→ Roger Halegouet, responsable de la branche officine de la CFE-CGC chimie.

→ Lionel Krawczyk, secrétaire fédéral de la Fédération nationale des industries chimiques-CGT.

Repères

→ 2012 : organisation des premières élections professionnelles TPE.

→ 2016 : deuxièmes élections TPE.

→ 3 février 2017 : proclamations des résultats nationaux et régionaux.

→ Mars 2017 : résultats pour la branche des pharmacies d’officine.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !