Porphyre n° 530 du 28/02/2017
 

S’informer

Actus


Ibuprofène, kétoprofène, diclofénac, aspirine…, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués dès le début du sixième mois de grossesse, quelle que soit la voie d’administration, cutanée comprise. Ils sont potentiellement toxiques pour le fœtus, même après une seule prise, avec un risque d’atteintes rénale et cardio-pulmonaire pouvant entraîner la mort in utero ou en néonatal. L’ANSM enfonce le clou car 5 000 à 6 000 prescriptions d’AINS persistent après le sixième mois ! Le célécoxib (Celebrex) et l’étoricoxib (Arcoxia) sont, eux, contre-indiqués durant toute la grossesse.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

Des personnes refusent-elles de se faire tester quand vous leur annoncez qu'elles doivent régler le test antigénique Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !