Porphyre n° 509 du 28/01/2015
 

S’informer

décryptage

Anne-Gaëlle Harlaut

Depuis le 1er janvier 2015, la loi oblige les prescripteurs à nommer les spécialités pharmaceutiques en dénomination commune internationale (DCI). Une autre cause de mécontentement professionnel en ce début d’année.


D’ou vient cette obligation ? Prévue par la loi relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament de 2011, l’entrée en vigueur de cette obligation au 1er janvier 2015 a été fixée par décret(1) le 14 novembre 2014. Ce même décret détaille l’obligation et les modalités de certification par la HAS des logiciels d’aide à la prescription et à la dispensation (LAP et LAD).À qui s’adresse-t-elle ? À tout prescripteur (médecin, sage-femme, dentiste…) de ville, d’hôpital et établissements médico-sociaux (Ehpad surtout).Comment est rédigée l’ordonnance ? Conformément aux règles de prescription en DCI fixées en 2004 dans le code de la santé publique, toute prescription, informatisée ou manuscrite, d’une spécialité pharmaceutique doit dorénavant mentionner ses principes actifs (PA) désignés par la DCI (ou à défaut leur dénomination dans la pharmacopée européenne ou française), leur dosage, la forme et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous

La communication des pharmacies européennes sur le sol français vous fait-elle peur ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !