29/02/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Trois ans sinon rien pour remplacer le BP

Diplôme d’État ou licence pro, le remplaçant du brevet professionnel de préparateur en pharmacie doit s’inscrire dans le schéma licence-master-doctorat (LMD) pour coller aux évolutions des diplômes… et de la pharmacie.

Le futur diplôme de préparateur en pharmacie sera de niveau bac+3. Un diplôme d’État en trois ans pour le syndicat Force ouvrière (FO) ou une licence professionnelle pour la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), peu importe le nom du diplôme, ces représentants de la pharmacie se sont battus pour faire entendre leurs desirata. FO auprès de Marisol Touraine en janvier et la FSPF lors de la Grande conférence de santé le 11 février à Paris.

22, v’là la feuille de route !
La formation initiale et continue des professionnels de santé, les métiers et les compétences, les parcours professionnels ont été les thèmes débattus lors de cette conférence.
À l’issue des travaux préparatoires et des ateliers, le Premier ministre, Manuel Valls, a présenté une feuille de route avec vingt-deux mesures pour dessiner le futur des professions de santé. Parmi elles, figurent la réforme des études de troisième cycle des professions médicales, odontologiques et pharmaceutiques (voir encadré) et l’évolution des professions paramédicales. Infirmiers, kinés, etc., tous les diplômes vont entrer dans le schéma licence-master-doctorat (LMD) autour duquel s’organise le cursus universitaire français. « Nous demandons que les préparateurs ne soient pas oubliés de la refonte des diplômes et de l’universitarisation », explique Philippe Denry, membre de la FSPF. D’ailleurs, « j’ai rappelé dans l’un des ateliers qu’il ne fallait pas, sous prétexte qu’ils ne figuraient pas dans les paramédicaux, oublier les préparateurs en pharmacie, indique Philippe Gaertner, président de la FSPF. On ne peut plus laisser le BP à ce niveau. Si on veut que le préparateur continue à seconder le pharmacien sous son contrôle, il faut faire avancer les choses ». Cela passerait aussi par un rapprochement entre les CFA et les universités, tout en conservant une alternance. « Nous n’avons écrit ni référentiel, ni diplôme, le premier objectif était politique : nous faire entendre pour faire partie de la feuille de route  », insiste Philippe Denry. Une façon de peser lors des prochaines réunions avec les ministères concernés, ceux de la Santé et de l’Enseignement supérieur.

La piste chaude du diplôme d’État
Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral de Force ouvrière, a lui été entendu par Marisol Touraine le 28 janvier. FO-Pharmacie propose « la création d’un diplôme d’État santé délivré à l’issue d’une formation en trois ans, sans remettre en cause la forme de l’alternance salariée », avec des passerelles vers d’autres métiers de la santé. Olivier Clarhaut souligne l’importance d’intégrer à l’enseignement « les soins de premier recours, le maintien et l’hospitalisation à domicile, les techniques de communication, de vente, et pourquoi pas l’éducation thérapeutique du patient ». Le dossier, sur lequel la Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (CPNE-FP) travaille depuis 2008, est maintenant sur le bureau de Marisol Touraine. Avec en plus la feuille de route de Manuel Valls. Le diplôme en trois ans n’attend plus que la volonté politique…

Et huit ans pour devenir pharmacien ?
La FSPF, premier syndicat de titulaires, demande la création d’un diplôme d’études spécialisées (DES) de pharmacie générale. Soit huit années pour devenir docteur en pharmacie, contre six actuellement, afin d’harmoniser le cursus avec le dispositif LMD (licence bac+3, master bac+5 et doctorat bac+8) et accroître les compétences.

> Lire la suite (réservé aux abonnés)
> S’abonner

À lire dans Porphyre n° 520 de mars 2016.





Fabienne Rizos-Vignal et Christine Julien

Les dernières réactions

  • 03/03/2016 à 11:53
    jl f
    alerter
    Le salaire des préparateurs est dérisoire face à leur travail et leurs responsabilités. Ils font vivre la pharmacie en assurant parfois tout le travail ...La licence n'apportera sûrement rien pour changer cette injustice, une véritable honte face aux revenus importants de ceux qui les exploitent..

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Allez vous signer la pétition #MonHomeoMonChoix pour le maintien du remboursement de l’homéopathie ?


Solutions

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK