De l’allure ! - Pharmacien Manager n° 157 du 21/04/2016 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Pharmacien Manager n° 157 du 21/04/2016
 

PRATIQUES MANAGEMENT

Auteur(s) : Yves Rivoal

Comme en danse, l’art de manager demande de savoir s’ajuster au style et au rythme de l’autre. Cette dimension non verbale met en jeu le langage corporel, la posture et l’observation de ses collaborateurs. Décryptage.

Le management ne se limite pas à un exercice cérébral qui mobiliserait uniquement nos compétences intellectuelles et notre intelligence des situations, lance en préambule Virginie Tilhet-Coartet, formatrice et coach en Management chez Cegos. Pour développer son leadership et renforcer son efficacité professionnelle, il faut agir avec tout son être, en considérant le corps dans sa globalité. »

L’entrée en relation avec ses collaborateurs implique de l’attention. Un changement de posture ou un regard fuyant peut suggérer un agacement, un désaccord, une appréhension… « Lorsque quelqu’un vous dit qu’il est d’accord avec le projet que vous venez de lui présenter, mais qu’il a les jambes et les bras croisés, il y a une contradiction entre la parole et la gestuelle corporelle, souligne Sandra Chauvin, fondatrice d’Opale Conseil, une société spécialisée dans l’accompagnement des équipes et des individus en entreprise. Et cette contradiction doit être traitée, sinon le problème ressurgira quand ce collaborateur n’appliquera pas les consignes de changement ou fera des erreurs parce qu’il n’a pas compris le message. »

EN PHASE avec les autres

Pour décrypter ce langage corporel et adapter sa posture, Mickaël Le Maillot, consultant en charge du pôle Santé chez TTI Success Insights, s’appuie sur quatre traits de comportement : la dominance, l’influence, la stabilité et la conformité. « Une personne « dominante » se distingue par des mouvements rapides et n’hésite pas à manifester une certaine impatience, note Mickaël Le Maillot. Elle vous regarde de manière directe et persistante, et parle en général avec une voix assurée, avec un débit rapide et un volume sonore élevé. » Face à ce type de comportement, mieux vaut adopter une posture dynamique, aller droit au but et formuler des messages clairs. Une personne « influente » se reconnaît à ses mouvements amples et expressifs. Son regard est souvent amical et le ton de sa voix chaleureux, avec de fortes variations de tonalité. « Ces personnes ressentent le besoin d’interagir fréquemment avec les autres, de se sentir appréciées et respectées, confie Mickaël Le Maillot. La posture du manager doit donc être amicale, souriante et enthousiaste. »

Changement de registre avec un interlocuteur qui se caractérise par la stabilité. « Ces personnes s’expriment de manière modérée, avec des gestes plus lents et moins démonstratifs, un regard assez irrégulier, précise Mickaël Le Maillot. Avec elles, il est conseillé d’adopter une posture calme et rassurante, et de ne surtout pas les brusquer car elles ont besoin de temps avant d’accorder leur confiance. » Enfin les personnes adoptant un comportement « conforme » se distinguent, elles, par une gestuelle encore plus rare, une posture stricte, presque austère, un débit vocal lent. « Avec ce type d’interlocuteur, il faut à tout prix maintenir une certaine distance et surtout éviter de les toucher car ils ont un grand besoin d’intimité », souligne Mickaël le Maillot.

EN PHASE avec vous-même

Lorsque la prise de parole s’effectue devant toute l’équipe, il est impossible d’adopter une posture qui convienne à la personnalité de chacun. « Dans ce cas de figure, privilégiez une attitude ouverte et accueillante, conseille Sandra Chauvin.. Que vous soyez assis ou debout, il faut être stable sur ses deux jambes, les deux pieds ancrés dans le sol, la colonne vertébrale bien droite. » Pour que chacun se sente reconnu et pris en compte, regardez de manière circulaire et attentionnée tous vos collaborateurs, les uns après les autres. « Mais attention, cette posture doit être en phase avec ce que les gens connaissent de vous, prévient Sandra Chauvin. Cela ne sert à rien de sortir le sourire ultra bright si ce n’est pas votre mode de fonctionnement habituel. Vous risquez de ne pas être crédible. »

Si vous devez annoncer un projet qui implique de profonds changements, la posture doit être au service de l’objectif visé. « L’expression du visage doit être souriante, note Virginie Tilhet-Coartet. Une attitude ouverte et confiante accompagneront mieux un discours de transformation qu’une posture fermée et rigide. Le ton doit également être enthousiaste. Vous devez tout faire pour être vous-même convaincu car si vous ne l’êtes pas, vous n’arriverez pas à convaincre les autres. »

Autre cas de figure, vous devez recadrer un de vos collaborateurs. « Là encore, il faut que la forme et le fonds concordent, la première étant au service de la seconde, rappelle Virginie Tilhet-Coartet. Mieux vaut être assis que debout entre deux portes, avec une posture confortable et ouverte, mais en même temps en étant ferme vis-à-vis de l’objectif à atteindre. Evitez de croiser les bras et les jambes, ou d’enrouler vos pieds autour de la chaise car cette instabilité corporelle dénote et induit une instabilité émotionnelle. »

55 %

D’après le psychologue Albert Mehrabian, le langage du corps concentre 55 % de la perception lorsque l’on essaie de faire passer un message à un interlocuteur. Les mots et la voix n’entrent en ligne de compte qu’à 7 % et 38 %.

POUR ALLER + LOIN

→ Décoder le langage du corps – Isabelle Duvernois – Poche. Cet ouvrage vous aidera à interpréter les gestes et attitudes de vos interlocuteurs, et à travailler votre langage corporel dans le monde de l’entreprise.

N’OUBLIEZ PAS

Avant de prendre la parole devant votre équipe, inspirez profondément avec le ventre afin de vous ancrer. Pendant votre présentation, n’ayez pas peur des silences et restez attentif au rythme de votre respiration.

Cas concret

Votre équipe ne suit pas le tempo

Vous venez d’exposer un nouveau projet à votre équipe ? Certains collaborateurs se sont tassés sur leur chaise, d’autres posent des questions ou expriment leur inquiétude. « La résistance au changement fait partie de la vie, c’est même une indication que le changement est en marche, rappelle Virginie Tilhet-Coartet, consultante, formatrice et coach en Management et Leadership chez Cegos. Plutôt que de paraître agacé ou irrité, il faut accueillir les objections et les réactions calmement, avec une attitude coopérative, ouverte et d’écoute. Vous pouvez même remercier votre collaborateur pour ses remarques et l’inviter à préciser ses craintes. » Lorsqu’une personne réfractaire au changement pollue la qualité des échanges, il existe une technique pour reprendre la main. « Il suffit d’arrêter de la regarder, et de se tourner vers les autres collaborateurs pour les inviter à s’exprimer, conseille Sandra Chauvin, coach en management et fondatrice d’Opale Conseil. La personne réfractaire n’osera plus prendre la parole et le dialogue pourra se poursuivre, de manière plus constructive, avec le reste de l’équipe. »

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !