Face aux pénuries, le Leem approvisionne en solutions - Le Moniteur des Pharmacies n° 3467 du 27/05/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3467 du 27/05/2023
 
MÉDICAMENTS

TEMPS FORTS

FOCUS

Auteur(s) :
Par Magali Clausener

Le 11 mai, le Leem (Les Entreprises du médicament) a présenté son plan de mesures pour remédier aux tensions sur les stocks. Y figure la fameuse liste de médicaments critiques et une vingtaine d’autres sur la transparence de l’information et sur les prix de certaines spécialités.

 

Vingt-quatre « actions concrètes » réparties en sept axes : tel est le plan de lutte contre les ruptures d’approvisionnement présenté par le Leem (Les Entreprises du médicament) le 11 mai. Un plan ambitieux mais dont certaines mesures rejoignent celles déjà présentées le 2 février dernier par François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, et Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’industrie.

 

C’est notamment le cas de la liste des médicaments dits « critiques » annoncée pour fin mai par le gouvernement. Le Leem demande de « finaliser la définition » de cette liste « initiée par les pouvoirs publics ». Pour l’instant, une première liste de 48 molécules a été établie, comme l’a indiqué Louis-Samuel Pilcer, de la Direction générale des entreprises (DGE), lors d’un Café Nile le 3 mai. Car pour tous les acteurs, cette liste de médicaments critiques constitue une première étape. Elle permettra en effet d’identifier les vulnérabilités d’approvisionnement de ces spécialités (production des principes actifs, des médicaments et distribution). Mais son élaboration prend du temps car elle nécessite un consensus des médecins et des sociétés savantes. 

 

Le Leem veut également « s’assurer de la convergence d’une liste commune en Europe ». Une liste européenne a aussi été annoncée par la Commission européenne pour la fin de l’année. L’objectif est identique : repérer les failles en matière de production et d’approvisionnement au niveau européen.

En attendant la liste des médicaments critiques

 

L’autre axe prioritaire du Leem est l’optimisation de la transparence et de la qualité de l’information entre les différents acteurs. Il s’agit notamment de généraliser l’usage de la plateforme de suivi Tracstocks (Traçabilité, risque, anticipation, consolidation des stocks), de façon systématique en cas de signalement de tensions ou de ruptures et en y intégrant les acteurs de la distribution. Le Leem travaille également avec l’Ordre des pharmaciens à l’amélioration de l’information sur les tensions d’approvisionnement, en particulier sur les causes, dans le DP-Ruptures.

 

L’Ordre planche aussi sur la façon de rendre les messages DP-Ruptures plus facilement accessibles aux pharmaciens d’officine. Enfin, le Leem souhaite mettre en place un « connecteur » des informations sur les disponibilités en cas de tensions qui permettrait de relier les systèmes d’information existants entre les différents acteurs (laboratoires, grossistes-répartiteurs, etc.).

Augmenter les prix

 

Côté prix, le Leem propose d’augmenter de façon ciblée et « sans délai » le prix des médicaments en situation de vulnérabilité économique sur la base de la liste établie, de permettre des hausses de prix pour les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM) en situation de vulnérabilité économique et d’ouvrir la possibilité d’un gel des baisses de prix pour les médicaments en deçà duquel la viabilité économique n’est plus assurée. Selon une étude réalisée par le Leem sur une centaine de molécules, les prix français sont en moyenne 25 % inférieurs à ceux pratiqués en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni. A noter que le gouvernement a annoncé le 2 février un moratoire sur les baisses de prix des génériques stratégiques sur le plan industriel et sanitaire et des hausses de prix ciblées sur certains génériques stratégiques produits en Europe à terme, en contrepartie d’engagements des industriels sur une sécurisation de l’approvisionnement du marché français. Le syndicat professionnel réclame en outre des ajustements réglementaires, par exemple homogénéiser un étiquetage européen, pour limiter les situations de ruptures et permettre plus de souplesse entre les pays européens.

 

Autant de mesures effectivement concrètes. Reste que leur mise en œuvre ne va pas être immédiate, puisqu’il faut que la liste de médicaments critiques voie enfin le jour et que la mission interministérielle sur le financement des produits de santé rende ses conclusions…

 
 
 

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !