Avec Octave, la coordination ville-hôpital monte en gamme - Le Moniteur des Pharmacies n° 3467 du 27/05/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3467 du 27/05/2023
 

TEMPS FORTS

FOCUS

Auteur(s) :
Par Matthieu Vandendriessche

Une expérimentation impliquant les officines est en cours en Bretagne et dans les Pays de la Loire. En lien avec l’hôpital, les pharmaciens réalisent des bilans médicamenteux à l’admission de patients âgés et après leur retour au domicile. Les responsables du dispositif évoquent d’ores et déjà son entrée dans le droit commun.

 

Des patients âgés de 65 ans et plus, polymédiqués et sous traitement chronique depuis plus de six mois. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Les patients éligibles aux bilans partagés de médication (BPM) sont aussi ceux qui peuvent bénéficier du programme Octave. Cette expérimentation est menée sur le modèle de l’article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. Elle est déployée en Bretagne et dans les Pays de la Loire depuis décembre 2021, portée par les unions régionales des professionnels de santé (URPS) pharmaciens de ces deux régions. Son objectif est de tester un nouveau mode d’organisation entre professionnels libéraux et hospitaliers au bénéfice des patients. En amont d’une hospitalisation programmée, ils sont adressés à leur officine. Un bilan médicamenteux y est effectué, qui recense le traitement chronique autant que les médicaments délivrés en automédication. « Cette étape peut être réalisée au comptoir ou par téléphone si le patient ne peut pas se déplacer », précise Emeline Biron, chargée de projet. Le bilan est transmis aux pharmaciens hospitaliers qui le reprennent dans la conciliation médicamenteuse à l’admission. Les échanges sont réalisés via la plateforme Hospiville (également utilisée dans les dispositifs OncoLink et Partage GHT 49). Au retour du patient au domicile, un second bilan médicamenteux est établi à l’officine. Il tient compte des éventuelles modifications de traitement décidées lors du séjour hospitalier. « Cela permet de consolider la conciliation de sortie et de s’assurer que le patient a une bonne connaissance de ses traitements », indique la chargée de projet. Un mois plus tard environ, le pharmacien complète son intervention par un BPM. Celui-ci permet aussi d’enclencher la rémunération de l’officine (60 € pour le BPM, auxquels s’ajoutent 60 € pour les deux bilans médicamenteux). Le dispositif comprend également l’intervention d’une infirmière qui peut faire état au domicile de l'observance du patient et renseigner sur la plateforme les analyses biologiques qui auraient été pratiquées.

La pérennisation à l’étude

 

Le projet Octave a été soutenu par l’Assurance maladie qui a entrepris de le faire connaître aux officinaux. Organisée deux fois par semaine à l’heure du déjeuner, une formation sur la prise en main de la plateforme Hospiville leur est proposée. A ce jour, plus de 350 officines ont adhéré à l’expérimentation et autant de patients ont intégré le parcours. Une centaine d’entre eux l’ont finalisé. Moins de 3 % de patients opposent un refus à leur intégration dans le dispositif. L’objectif est d’y engager 2 500 à 3 000 personnes. « Une douzaine de centres hospitaliers et de cliniques sont parties prenantes. Il n’a été possible à tous ces établissements de rejoindre l’expérimentation qu’à partir de juillet dernier. » Et cette dernière doit se poursuivre au moins jusqu’en juillet prochain, car une prolongation au-delà de l’été est d’ores et déjà envisagée. L’objectif à terme est de faire entrer ce dispositif dans le droit commun. « Certaines communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) jouent un rôle moteur dans le projet et communiquent auprès des professionnels pour le faire connaître. Nous réfléchissons déjà à l’après et considérons ces structures comme capables de pérenniser cette action interprofessionnelle », entrevoit Emeline Biron.

 
 
 
 

PUBLIé DANS LE N° 3463 DU 29/04/2023

« Le dispositif Octave nous rapproche du patient »

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !