Ne pas prendre l’AINS à la place de l’autre - Le Moniteur des Pharmacies n° 3465 du 13/05/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3465 du 13/05/2023
 

TEMPS FORTS

PATCHWORK

Auteur(s) : Yolande Gauthier

 

En cas d’infection courante comme une angine, une rhinopharyngite, une otite, une infection dentaire, une toux, une lésion cutanée ou une varicelle, mieux vaut utiliser le paracétamol plutôt que l’ibuprofène ou le kétoprofène pour soulager la douleur ou la fièvre. Car les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), en masquant ces symptômes, peuvent retarder le diagnostic et la prise en charge des patients. Avec pour conséquence, a rappelé l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), un risque de complications graves de l’infection pouvant survenir même si des antibiotiques sont prescrits. Plusieurs déclarations de complications infectieuses, parfois fatales, ont été notifiées au mois de mars chez des adultes ou des enfants ayant pris des AINS sur prescription ou en automédication.

 
 
 

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !