La perspective de pouvoir bientôt réintégrer dans les effectifs les collaborateurs non vaccinés vous satisfait-elle ? - Le Moniteur des Pharmacies n° 3462 du 22/04/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3462 du 22/04/2023
 

CONTACT

A VOTE

Auteur(s) :
Propos recueillis les 13 et 14 avril 2023 par Magali Clausener

NON

Hervé Burtin, titulaire en milieu rural à Fleury-la-Vallée (Yonne), emploie 2 salariés (pas d’adjoint). Groupement : Alphega Pharmacie ; syndicat : USPO.

BURTINHerve.jpg
 

Cette mesure me dérange car, après avoir rendu la vaccination contre le Covid-19 obligatoire, le gouvernement revient en arrière. Ce n’est pas cohérent. Nous sommes des professionnels de santé et nous devons nous faire vacciner. Lorsque j’ai entrepris d’intégrer des études de pharmacie, la vaccination contre l’hépatite B était obligatoire. Sinon, on ne pouvait pas passer le concours. Je suis actuellement en phase de recrutement. Le fait qu’un jeune diplômé n’ait pas effectué cet acte de prévention n’est pas rédhibitoire, je vais appliquer les divs, mais je ne pense pas que je pourrais embaucher une personne de 50 ans qui a choisi de ne pas se faire vacciner et qui reviendrait sur le marché de l’emploi parce que l’obligation est levée.

NON

Isabelle Guignard, titulaire d’une pharmacie de quartier à Rochefort (Charente-Maritime), emploie 3 salariés dont 1 adjoint. Groupement : P&P ; syndicat : FSPF.

IsabelleGuignard.jpg
 

Je suis opposée à cette mesure. Nous sommes des professionnels de santé et nous avons le devoir de nous faire vacciner pour nous protéger nous-mêmes ainsi que les patients. La patientèle ne comprendrait pas pourquoi je recrute un collaborateur non vacciné. L’intégration serait aussi difficile vis-à-vis de mon équipe, qui est vaccinée et a toujours porté le masque. C’est une question de crédibilité auprès d’elle et de mes patients. J’ai d’ailleurs récemment embauché un jeune collaborateur et je lui ai demandé ses certificats de vaccination. Cela m’aurait posé un problème s’ils n’avaient pas été à jour, car nous devons montrer l’exemple.

NON

Bernard Penicaud, titulaire en périphérie de Niort (Deux-Sèvres), emploie 7 salariés dont 3 adjoints. Groupement : PharmaVie ; syndicat : USPO ; conseiller ordinal.

BernardPenicaud2.jpeg
 

Cette décision me surprend. Je ne la comprends pas sauf à considérer que tout cela est derrière nous et que le Covid-19 n’est plus un événement important. Il est d’ailleurs difficile de savoir où nous en sommes avec ce virus. Dans ma pharmacie, nous refaisons des tests et nous vendons de nouveau des masques. Mais plus personne ne parle de la vaccination contre le Covid-19. J’ai d’ailleurs arrêté de la proposer. En revanche, toute mon équipe est vaccinée depuis le début. Actuellement, je cherche à recruter un collaborateur et je ne choisirai pas un candidat qui serait fondamentalement contre la vaccination, quelle qu’elle soit. Cela n’est pas cohérent avec l’exercice d’une profession de santé.

 

OUI 32,8 %

 

NON 52,3 %

 

NE SE PRONONCE PAS 14,9 %

 
 
 
 

LA QUESTION DE LA SEMAINE

Avez-vous commencé à qualifier l’identité nationale de santé (INS) de vos patients ?

  • Sur une base de 262 votes
  • Sondage réalisé du 11 au 18 avril 2023

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !