La rougeole de Zoé Ruption - Le Moniteur des Pharmacies n° 3461 du 15/04/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3461 du 15/04/2023
 

EXPERTISE

CONSEILS ASSOCIES

Auteur(s) :
Par Anne-Gaëlle Harlaut

Zoé, 17 ans, présente depuis son retour d’un camp scout une forte fièvre accompagnée de rhinorrhée, de toux et d’une conjonctivite importante. L’éruption cutanée et la déclaration d’un cas chez ses camarades a vite orienté le diagnostic vers la rougeole. Le médecin en a informé l’agence régionale de santé et Zoé est maintenant isolée à domicile.

Conseils complémentaires

 

Rester confiné. La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse 5 jours avant l’éruption cutanée et jusqu’à 5 jours après. Elle justifie un isolement dans une chambre individuelle jusqu’à la fin de cette période : garder la porte fermée au maximum, aérer régulièrement, limiter les déplacements de Zoé et, quand ils sont nécessaires, lui faire porter un masque.

 

Eviter la transmission. Le virus de la rougeole se transmet via les sécrétions du nez et du pharynx, par contact avec le malade (toux, éternuements, postillons, etc.) ou avec des surfaces contaminées (poignée de porte, objet partagé, etc.). Les personnes non ou mal vaccinées doivent porter un masque en présence de Zoé. Nettoyer régulièrement et éviter de partager les objets qu’elle utilise (linge de toilette, couverts, téléphone, jeux, par exemple) et se laver les mains fréquemment. Les personnes à risque (immunodéprimées, nourrissons, femmes enceintes, notamment) ne doivent pas visiter la famille.

 

Identifier les cas contacts. Un malade pouvant contaminer en moyenne 15 à 20 personnes, toutes les personnes côtoyées par Zoé durant la phase de contagiosité doivent être prévenues pour vérifier leur statut immunitaire et mettre en place, si besoin, une vaccination postexposition, voire l’injection d’immunoglobulines.

 

Surveiller l’évolution. Consulter rapidement en cas de signes de complications, notamment douleurs aux oreilles, fièvre persistante ou supérieure à + 40 °C, difficultés respiratoires.

 

Atténuer des symptômes. Se reposer car la fatigue peut durer 2 à 3 semaines après l’infection. Boire régulièrement pour éviter la déshydratation liée à la fièvre et calmer la toux. Se laver le nez plusieurs fois par jour avec une solution d’hygiène nasale (enfermer les mouchoirs dans une poubelle hermétique) et les yeux avec du sérum physiologique. Ne pas appliquer de topique sur les lésions cutanées qui disparaîtront spontanément en 4 ou 5 jours.

 
 
 
 
 
 
 

Accompagner la dispensation

Paracétamol : prendre un comprimé 3 fois par jour en respectant un intervalle de 4 heures au minimum entre les prises tant que la fièvre est mal tolérée. Respecter un temps de traitement le plus court possible.

Vitabact : instiller 1 goutte dans chaque œil 4 fois par jour en répartissant les administrations sur la journée. Se laver les mains avant instillation. La tête penchée vers l’arrière, abaisser doucement la paupière inférieure pour découvrir le cul de sac conjonctival (rigole entre la paupière et l’œil) et déposer la goutte sans toucher la muqueuse avec le flacon. Fermer l’œil pour répartir le produit. Ne pas effectuer de lavage oculaire après instillation. Continuer le traitement durant 7 jours même en cas d’amélioration précoce des symptômes. Eviter de porter des lentilles de contact durant le traitement.

Analyser l’ordonnance

Paracétamol > Antalgique antipyrétique visant à soulager les douleurs et l’inconfort lié à la fièvre généralement élevée (> + 38,5 °C) dans la rougeole, notamment durant la phase d’invasion qui survient après 7 à 10 jours d’incubation et dure 2 à 4 jours, avant l’apparition de l’éruption cutanée. La fièvre cède généralement dans les 4 jours suivant l’éruption. La prise en charge de cette infection due à un paramyxovirus est symptomatique. Hors complications bactériennes (otite, pneumopathies, etc.), les antibiotiques ne sont pas indiqués.

Picloxydine (Vitabact) > La picloxydine est un antiseptique bactériostatique à large spectre de la famille des biguanides. Elle est indiquée dans le traitement des affections superficielles de l’œil et de ses annexes, notamment les conjonctivites virales sans signe de surinfection bactérienne. La prise en charge repose par ailleurs sur des lavages oculaires réguliers.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !