Laisser place à plus de substitution lors de pénurie - Le Moniteur des Pharmacies n° 3458 du 25/03/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3458 du 25/03/2023
 

TEMPS FORTS

PATCHWORK

Auteur(s) : Anne-Hélène Collin

 

Auditionnés au Sénat le 21 mars par la commission d’enquête sur la pénurie de médicaments et les choix de l’industrie pharmaceutique française, l’Ordre des pharmaciens, les syndicats officinaux et hospitaliers et l’Académie nationale de pharmacie militent pour un droit de substitution élargi des pharmaciens. Car substituer, « les pharmaciens savent faire, rapporte la présidente de l’Ordre. Pour nous, pharmaciens, c’est très simple mais sur les plans réglementaire et de l’entente avec le prescripteur, c’est quasi impossible ». Pourtant, les outils existent déjà, certains pouvant être mis en place, comme des tableaux d’équivalence établis par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Ils permettraient de remplacer certaines molécules en rupture par d’autres disponibles, « en prévenant le médecin mais sans forcément avoir son accord », propose Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). « Il faut accorder au pharmacien le droit de substitution sur une liste de médicaments préétablie par l’ANSM, et mobilisable en cas de plan blanc », préconise pour sa part Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

 
 
 

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !