Etes-vous favorable au remboursement des protections périodiques réutilisables ? - Le Moniteur des Pharmacies n° 3458 du 25/03/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3458 du 25/03/2023
 

CONTACT

A VOTE

Auteur(s) :
Propos recueillis le 13 mars 2023 par François Pouzaud

OUI

Eric Myon, titulaire à Paris, emploie 30 salariés dont 5 adjoints. Groupement : Marc & D ; syndicat : UNPF.

EricMyon.jpg
 

Ce remboursement est une bonne chose : les femmes de moins de 25 ans vont venir pousser la porte de l’officine, lieu de santé et de premiers recours, alors que, jusqu’ici, ce n’était pas une clientèle que nous avions l’habitude de voir. Nous allons saisir cette occasion pour leur parler de leur santé sexuelle et de prévention. Je travaille aussi au sein d’une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) et, de la même façon qu’en officine, on va pouvoir toucher cette jeune clientèle, l’informer et la conseiller. De telles décisions de prise en charge seront toujours les bienvenues lorsqu’elles permettent au pharmacien de jouer pleinement son rôle de professionnel de santé.

NON MAIS

Daniel Toledano, titulaire en centre-ville du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), emploie 12 salariés dont 2 adjoints. Groupement : Pharmadn ; syndicat : aucun.

DanielToledano.JPG
 

Ce n’est pas un non catégorique, car je suis favorable à toute mesure qui met en avant et facilite notre conseil. C’est plutôt non, quand on voit que les baisses de prix sont responsables des ruptures. Des assurés frontaliers, alors qu’ils sont couverts par un régime d’assurance maladie, vont chercher à l’étranger des médicaments qu’ils paient de leur poche !  Cet argent placé dans le remboursement des protections périodiques pourrait être mieux utilisé, dans la revalorisation des prix de 150 à 200 médicaments d’intérêt stratégique comme l’amoxicilline, la prednisone ou la prednisolone. Aujourd’hui, certains laboratoires pharmaceutiques arrêtent leurs lignes de production car ils perdent de l’argent avec des prix trop bas. A l’heure où l’on parte de relocalisations, je suis surpris par cette annonce. 

OUI MAIS

Philippe Pasdeloup, titulaire d’une pharmacie de centre commercial de proximité à Bourges (Cher), emploie 10 salariés dont 2 adjoints. Groupement : Alphega Pharmacie ; syndicat : FSPF ; conseiller ordinal suppléant.

PhilippePasdeloup.jpg
 

L’annonce d’Emmanuel Macron concernant les préservatifs gratuits nous avait surpris et pris de court, c’est au tour maintenant d’Elisabeth Borne. La profession n’a pas été prévenue en amont. Je ne suis ni pour ni contre cette mesure de remboursement car le gouvernement pouvait faire d’autres arbitrages. Il reste qu’elle va susciter des questions au comptoir et favoriser les échanges avec les patientes éligibles. A l’avenir, j’espère que les règles de délivrance ne nous seront plus transmises une semaine après la mise en place de la mesure. Il faut arrêter, comme pendant le Covid-19, cette forme d’immédiateté car c’est très fatigant à la longue. Les pharmaciens doivent être traités avec plus de considération en leur communiquant des règles du jeu de manière claire, propre et anticipée.

 
 
 
 
 
 
 

Les résultats de notre sondage

  • Sur une base de 319 votes

  • Sondage réalisé du 8 au 15 mars 2023

  • OUI : 36,1

    NON : 51,4

    NE SE PRONONCE PAS 12,5

    La question de la semaine

    Vous attendiez-vous à délivrer autant de kits de dépistage du cancer colorectal ?

    Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


    Décryptage

    NOS FORMATIONS

    1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

    Les médicaments à délivrance particulière

    Pour délivrer en toute sécurité

    Le Pack

    Moniteur Expert

    Vous avez des questions ?
    Des experts vous répondent !