Méningiome : la liste des suspects s’allonge - Le Moniteur des Pharmacies n° 3456 du 11/03/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
LE MONITEUR DES PHARMACIES n° 3456 du 11/03/2023
 

TEMPS FORTS

PATCHWORK

Auteur(s) : Yolande Gauthier

 

Après la cyprotérone (Androcur), le nomégestrol (Lutényl) et la chlormadinone (Lutéran) ainsi que leurs génériques, d’autres progestatifs sont suspectés d’être à l’origine de méningiomes. La base nationale de pharmacovigilance fait état de cas pour le diénogest (Visanne et génériques), la dydrogestérone (Duphaston), la progestérone (Utrogestan et génériques) et la médrogestone (Colprone).

 

En attendant les résultats d’une étude épidémiologique Epi-Phare, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) estime qu’un effet « classe » des progestatifs sur le risque de méningiome ne peut être exclu et contre-indique donc l’introduction d’un tel traitement en cas d’antécédent de méningiome ou de méningiome existant.

 

En cours de traitement, tout signe clinique neurologique évocateur d’une tumeur des méninges (maux de tête, troubles de la vision, du langage, de la mémoire et de l’audition, nausées, vertiges, convulsions, perte de l’odorat, faiblesse ou paralysie) devra conduire à réaliser une IRM cérébrale.

 
 
 

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !