Le lithium par voie orale - Le Moniteur des Pharmacies n° 3451 du 04/02/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3451 du 04/02/2023
 

EXPERTISE

PHARMACOLOGIE

Auteur(s) : Maïtena Teknetzian

Thymorégulateur de référence, le lithium est un médicament à marge thérapeutique étroite. Plusieurs interactions médicamenteuses sont susceptibles de modifier sa concentration plasmatique. En outre, la lithiémie est influencée par la natrémie.

Mode d’action

Thymorégulateur

• Le lithium est un régulateur de l’humeur (thymorégulateur ou normothymique). Il agit en modulant certaines transmissions neuronales : diminution des transmissions dopaminergiques et glutamatergiques (excitatrices) et augmentation des transmissions gabaergiques (inhibitrices). Il potentialiserait par ailleurs l’activité sérotoninergique cérébrale.

• Il exerce en outre un effet neuroprotecteur, en diminuant le stress oxydatif cellulaire et en inhibant l’apoptose cellulaire.

Indications

Troubles bipolaires

• Le lithium (Téralithe et Téralithe LP) est indiqué chez l’adulte dans le traitement curatif des états d’excitation maniaques ou hypomaniaques et dans la prévention des rechutes des troubles bipolaires.

• En oligothérapie (Granions, Oligosol et compléments alimentaires), il est utilisé comme modificateur de terrain chez l’adulte et l’enfant de plus de 6 ans pour améliorer les troubles du sommeil et l’irritabilité.

Pharmacocinétique

Réabsorption tubulaire dépendante de la natrémie

• Le lithium a un volume de distribution peu élevé mais il passe à travers le placenta et dans le lait maternel.

• Il est éliminé majoritairement par voie rénale. Environ 80 % du lithium filtré est réabsorbé au niveau tubulaire proximal en compétition avec le sodium : cela explique que des modifications des concentrations plasmatiques de sodium influencent la lithiémie. Sa demi-vie est d’environ 24 heures.

• A marge thérapeutique étroite, il expose à un risque de surdosage potentiellement létal favorisé par une déplétion sodée (qui augmente la réabsorption tubulaire du lithium), l’insuffisance rénale (qui entrave son élimination) ou certaines associations médicamenteuses.

Effets indésirables

Troubles digestifs et cardiaques

• Le lithium peut provoquer des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, dysgueusies), neuropsychiques (sédation, tremblements, hypotonie, vertiges, convulsions, rarement un syndrome sérotoninergique), des dysthyroïdies, une hyperleucocytose (par augmentation de production de facteur de croissance leucocytaire), des troubles du rythme cardiaque (bradycardie, allongement de l’intervalle QT, etc.), de l’acné ou des éruptions psoriasiformes, une polyurie (par diminution de la réponse à l’hormone antidiurétique) avec polydipsie (sensation de soif intense et permanente) et possibilité de diabète insipide.

• Il est tératogène (risque d’anomalies cardiaques) et fœtotoxique (risque d’augmentation du volume de liquide amniotique lié à un diabète insipide fœtal). Chez la femme en âge de procréer, une contraception est recommandée. En cas de grossesse et après avis médical, une suspension du traitement est souhaitable jusqu’à 10 semaines d’aménorrhée révolues. En l’absence d’alternative, il est prescrit à la dose minimale efficace, avec une surveillance échographique fœtale cardiaque, thyroïdienne et du liquide amniotique renforcée, ainsi qu’un contrôle de la lithiémie maternelle.

Contre-indications

Insuffisance rénale et anomalies cardiaques

• Le lithium est contre-indiqué lors d’insuffisance rénale si la lithiémie ne peut être étroitement surveillée. En cas de clairance de la créatinine inférieure ou égale à 40 ml/min, son arrêt est à envisager. Il est contre-indiqué en cas de maladie d’Addison (insuffisance surrénalienne avec déficit total en aldostérone et hyponatrémie).

• Il est contre-indiqué en cas de syndrome de Brugada (maladie cardiaque héréditaire avec anomalies à l’électrocardiogramme susceptibles d’induire une mort subite) et n’est pas recommandé chez les patients présentant un allongement congénital de l’intervalle QT ou une bradycardie.

• Il est contre-indiqué chez la femme allaitante : risque d’hypotonie, d’hypothermie et de cyanose du nouveau-né.

Interactions

Augmentation du risque de surdosage

• L’association du lithium aux antagonistes des récepteurs à l’angiotensine II, aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, aux inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou aux diurétiques de l’anse et thiazidiques est déconseillée (le patient s’expose à une augmentation potentielle de la lithiémie par diminution de l’excrétion urinaire du lithium), tout comme son association à la carbamazépine (qui peut provoquer une neurotoxicité).

• L’association aux diurétiques épargneurs potassiques (risque de surdosage en lithium), aux neuroleptiques (risque d’apparition de signes de syndrome malin) ou aux inhibiteurs de recapture de sérotonine (risque de syndrome sérotoninergique) nécessite des précautions d’emploi.

Surveillance

Lithiémie, bilan rénal et thyroïdien

• Avant instauration : fonction rénale, ionogramme sanguin, bilan thyroïdien, glycémie à jeun, numération formule sanguine, électrocardiogramme et éventuellement électroencéphalogramme (antécédents comitiaux) et test de grossesse chez la femme en âge de procréer.

• Pendant le traitement : contrôles réguliers de la lithiémie et des fonctions rénale, thyroïdienne et cardiaque.

Sources : site du Collège national de pharmacologie médicale, pharmacomedicale.org ; Centre de référence sur les agents tératogènes, lecrat.fr ; pharmaroma.com ; G. S. Malhi et coll., « Potential mechanisms of action of lithium in bipolar disorder », CNS Drugs 2013 ; F. Bellivier, « Physiopathologie du trouble bipolaire », La lettre du Pharmacologue, vol. 28, n° 3, juillet-août-septembre 2014 ; Le guide Prescrire des interactions médicamenteuses ; « Effets du lithium sur le cerveau dans le trouble bipolaire », communiqué de presse, Institut Pasteur, 2019 ; Thésaurus des interactions médicamenteuses ; base de données publique des médicaments.

CONTRÔLE DE LA LITHIÉMIE

L’équilibre des concentrations plasmatiques (ou steady state) est obtenu entre le 5e et le 8e jour de traitement (au moins 5 demi-vies), à raison de 2 à 3 prises par jour pour la forme à libération immédiate, 1 prise vespérale pour la forme LP. Les doses nécessaires varient selon les individus et la posologie minimale efficace doit être déterminée à partir de la lithiémie. La lithiémie minimale efficace recommandée est comprise entre 0,5 et 0,8 mEq/l (ou mmol/l). Dans le cas d’une forme à libération immédiate (LI), le contrôle s’effectue le matin, 12 heures après la dernière prise. Avec une forme à libération prolongée (LP), la concentration minimale efficace se situe le soir, 24 heures après la dernière prise, mais il est également possible de rechercher une concentration intermédiaire le matin, 12 heures après la dernière prise : elle doit se situer entre 0,8 et 1,2 mEq/l.

Les contrôles s’effectuent 2 fois par semaine pour la forme LI et à J7, J14 et environ J21 pour la forme LP jusqu’à obtention de la dose efficace, puis selon un rythme hebdomadaire le premier mois, ensuite mensuel pendant un trimestre, puis tous les 2 mois. Un événement susceptible de modifier la natrémie (vomissements, diarrhées, canicule, hyperthermie) ou une suspicion clinique de surdosage (tremblements, troubles digestifs, sensation de soif, vertiges) doit mener à un contrôle de la lithiémie.

Utilisation du lithium par voie cutanée

En dermatologie, le gluconate de lithium est présent dans la spécialité Lithioderm 8 % gel indiquée dans la dermite séborrhéique de l’adulte en application cutanée. Les mécanismes d’action du lithium dans cette indication ne sont pas clairement connus. Les données in vitro montrent une action antifongique sur Malassezia furfur, ainsi qu’une activité anti-inflammatoire grâce à une réduction de la production de leucotriènes et de prostaglandines par blocage des acides gras libres. Par prudence, il est préconisé de ne pas administrer ce médicament au cours du premier trimestre de la grossesse et de ne pas l’associer à un traitement par lithium per os.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !