La pelade est-elle réversible ? - Le Moniteur des Pharmacies n° 3446 du 07/01/2023 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3446 du 07/01/2023
 

Pathologies

La pelade est une dermatose multifactorielle qui associe notamment une prédisposition génétique et un dysfonctionnement au niveau du système immunitaire. Elle se manifeste par une alopécie en plaques qui apparaît brutalement. Un facteur déclenchant est parfois identifié : choc émotionnel intense, infection, médicament, etc. Une ou plusieurs plaques bien délimitées, ovalaires, surviennent sur le cuir chevelu ou sur les autres zones pileuses (sourcils, barbe, etc.). On distingue différentes formes de pelade. Elle peut être diffuse, la plus fréquente, totale, lorsqu’elle touche la totalité du cuir chevelu (pelade décalvante totale), ou encore universelle, répartie sur l’ensemble du corps. Une autre forme, caractérisée par une résistance aux traitements, est également décrite : la pelade ophiasique, qui débute dans la région occipitale et progresse vers l’arrière des oreilles. En dehors de l’aspect esthétique, l’impact sur la qualité de vie est souvent important, mais la pelade évolue le plus souvent spontanément vers la guérison en quelques mois, particulièrement pour les formes peu étendues ; c’est pourquoi l’abstention thérapeutique est parfois envisagée. Parmi les traitements proposés figurent en premier choix les corticoïdes par voie locale (clobétasol, notamment), injectable (triamcinolone) ou orale. Les applications et les injections de corticoïdes sont particulièrement employées dans les pelades localisées et en cas d’atteinte des sourcils, et la forme per os dans les formes rapidement évolutives. D’autres traitements sont moins fréquemment utilisés (puvathérapie, immunothérapie de contact, etc. ) et d’autres encore sont à l’étude : interleukines 2 (IL-2) à faible dose (tofacitinib, ruxolitinb, baricitinib), anti-IL-17… qui semblent intéressants, mais avec des effets indésirables conséquents, d’où la recherche de formes topiques.

Sources : La Revue du praticien – Médecine générale, « Teignes et pelades », janvier 2020 ; Prescrire, « Cheveux et chutes de cheveux, en bref », janvier 2016.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !