« Un site internet pour deux pharmacies » - Le Moniteur des Pharmacies n° 3417 du 14/05/2022 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3417 du 14/05/2022
 

CONTACT

MON MÉTIER

Auteur(s) : Fabienne Colin

En Saône-et-Loire, deux officines ont choisi de faire site internet commun. Une façon d’informer les patients sur l’essentiel, sans doubler les coûts.

Un pour tous, tous pour un. La pharmacie Sainte-Marie à Chalon-sur-Saône et la pharmacie de l’Avenir à Saint-Rémy, toutes deux dans le département de Saône-et-Loire, partagent les mêmes actionnaires, leurs titulaires, les époux Flavien Burdillat et Annie Putigny, mais pas seulement. Dans un souci d’optimisation, les deux officines disposent aussi d’un site internet commun. « Il n’y a pas d’arrière-pensée. Il s’agit d’un site vitrine et non marchand », explique le pharmacien, qui opère pour des officines qu’il qualifie « d’associations professionnelles et familiales », par le biais de sociétés d’exercice libéral à responsabilité limitée (Selarl). « Certaines pharmacies commu­niquent déjà avec les mêmes sacs ou porte-ordonnances, par exemple », poursuit-il pour établir un parallèle avec d’autres supports de communications mutualisés.

Intitulé Pharmaciesaintemarie-chalon.com, le site présente les deux entreprises de la même manière. Ainsi les prestations listées sont identiques : location et vente de matériel médical, orthopédie et contention veineuse, micronutrition, etc. Quant aux formations des équipes, elles sont également quasiment les mêmes. En plus d’être docteurs en pharmacie, les deux titulaires ont un diplôme universitaire d’orthopédie et de maintien à domicile. Flavien Burdillat peut en outre se targuer d’une spécialisation concernant les véhicules pour personnes handicapées. De leurs côtés, les adjointes sont formées aux prothèses mammaires et capillaires.

Une similarité volontaire

Les chefs d’entreprise ont clairement fait le choix de ne pas afficher ostensiblement les créneaux différents des deux pharmacies. « Une des officines est plutôt traditionnelle, très généraliste, un peu touche-à-tout. L’autre, par son environnement paramédical et médical, a des activités plus techniques. Mais je souhaite que chacune puisse apporter une réponse à nos patients. Il est hors de question d’afficher qu’à tel endroit on ne sait pas faire telle ou telle chose », détaille le titulaire. Si le site, en ligne depuis des années, a été rénové il y a peu, il demeure un lieu d’information, sans service mis à part un formulaire de contact. Tout juste a-t-on ajouté récemment un pop-up pour des messages spéciaux nécessitant d’être réactif. Ainsi, fin mars, les internautes étaient alertés sur le fait que le port du masque restait de mise à l’officine compte tenu de la recrudescence du Covid-19, de la présence de la grippe et de la gastroentérite.

Loin d’être un geek, Flavien Burdillat, qui a fait appel à une agence web, trouve surtout un avantage financier à ce choix de mutualisation. Pour cette seule raison, « j’aurais trouvé stupide d’avoir deux sites, et finalement un site pour deux c’est plus original », conclut-il, convaincu qu’une officine doit être présente en ligne, même si les patients ne lui en parlent jamais…

BIO Flavien Burdillat

1998 Diplômé de la faculté de pharmacie de Dijon (Côte-d’Or), option officine

2002 Cotitulaire avec son épouse de la pharmacie de l’Avenir à Saint-Rémy (Saône-et-Loire)

2015 Titulaire de la pharmacie Sainte-Marie à Châlons-sur-Saône (Saône-et-Loire)

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !