La baisse du tarif des tests antigéniques vous conduit-elle à ne plus (ou moins) en réaliser ? - Le Moniteur des Pharmacies n° 3414 du 23/04/2022 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3414 du 23/04/2022
 

CONTACT

A VOTÉ

Auteur(s) : François Pouzaud

NON

Frédéric Ducassou, titulaire dans le centre-ville de Capbreton (Landes), emploie 9 salariés dont 2 adjoints. Groupement : Objectif Pharma ; syndicat : FSPF.

Cela ne change rien à notre ligne de conduite depuis le début de la crise sanitaire. On ne refuse personne et nous réalisons des tests dans la mesure de nos possibilités et capacités à satisfaire les demandes. A Capbreton, notre pharmacie est la seule à vacciner contre le Covid-19 et à tester. Lors des dernières vacances d’été, cela a été l’enfer, mais nous avons assuré cette mission de santé publique. Les gens réservent un créneau via Internet sur les plages horaires du matin ou de l’après-midi. Nous ne sentons pas trop la diminution annoncée de l’épidémie, notre activité de dépistage en avril connaissant la même dynamique qu’en mars.

NON

Riad Rossanaly Vasram, titulaire dans le centre-ville d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), emploie 7 salariés dont 2 adjoints. Groupement : aucun ; syndicat : aucun.

Même si cette baisse de rémunération officinale sur les tests est totalement injuste par rapport aux autres professionnels de santé qui conservent une rémunération bien supérieure à la nôtre, je n’ai pas arrêté ou réduit cette activité de dépistage et continue de proposer comme avant, sur les mêmes plages horaires et sans rendez-vous, ce service de proximité. Ce serait trop compliqué de le suspendre même pour une durée limitée. Les personnes, cas contacts ou symptomatiques, veulent tout de suite savoir si elles sont positives pour ne pas en contaminer d’autres. Pour que le mouvement de protestation ait un réel impact, il faudrait que toutes les pharmacies fassent grève en même temps, pendant un ou plusieurs jours.

OUI

Julien Variot, titulaire en milieu rural à Ligny-le-Châtel (Yonne) d’une officine de 6 salariés dont 2 adjoints. Groupement : Giepp 21 ; syndicat : USPO.

Dès le début de la crise sanitaire, la pharmacie a répondu présente aux demandes de tests des patients. Certains faisaient deux heures et demie de route, aller et retour, pour être testés chez nous. Afin de dégager du temps, nous nous sommes réorganisés sans cesse, sans vouloir monter une activité lucrative, en nous limitant à 50-60 tests par jour. Nous sommes toujours allés jusqu’au bout de notre engagement malgré le sous-effectif, mais, à la seconde baisse des tests, nous avons dit stop et rendu le barnum que nous louions. Nous avons veillé à expliquer la situation aux clients et les avons orientés vers les professionnels d’une maison de santé (médecins, infirmiers) et un laboratoire de biologie médicale de proximité. Pour les parents des enfants que nous dépistions à la pharmacie, cela a été un peu plus difficile à accepter.

Les résultats de notre sondage

Votez sur lemoniteurdespharmacies.fr

Sur une base de 513 votes

Sondage réalisé du 4 au 13 avril 2022

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !