Chimiothérapie orale : une alchimie ville-hôpital - Le Moniteur des Pharmacies n° 3412 du 09/04/2022 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3412 du 09/04/2022
 
EXPÉRIMENTATION

TEMPS FORTS

FOCUS

Auteur(s) : Magali Clausener

L’Institut Bergonié à Bordeaux (Gironde), membre d’Unicancer, participe à une expérimentation avec des pharmaciens d’officine pour mieux suivre à domicile les patients sous chimiothérapie orale. Et améliorer ainsi la coordination ville-hôpital.

Assurer un meilleur suivi en ville des patients sous anticancéreux oraux, quel que soit le type de cancer, grâce à une prise en charge coordonnée et un partage d’informations entre pharmaciens d’officine et l’équipe hospitalière : c’est l’objectif de l’expérimentation nationale Onco’Link Thérapies orales, pilotée pour la région Nouvelle-Aquitaine par l’Institut Bergonié de Bordeaux (Gironde) en partenariat avec Synapse Medicine (pour la plate-forme d’échanges entre ville et hôpital) et Exolis (pour un questionnaire digital hebdomadaire des patients), deux sociétés de numérique en santé. Les premières inclusions de patients ont débuté en octobre 2021. « Nous avons pour l’instant [début mars, NdlR] inclus 37 patients et 21 pharmaciens d’officine ont adhéré au projet. Certains ont refusé, principalement par manque de temps en raison de la crise sanitaire et de leurs nombreuses missions dans ce cadre », explique Manon Teytaud, pharmacienne à l’Institut Bergonié.

Concrètement, le pharmacien d’officine désigné par le patient réalise un entretien mensuel durant toute la durée du traitement, à chaque dispensation, et envoie le compte rendu à l’équipe hospitalière par le biais d’une messagerie sécurisée. « Le premier entretien d’introduction du traitement thérapeutique permet de dresser un état global du patient, mais aussi de voir comment il vit la situation sur le plan psychologique. Nous réalisons également le questionnaire Girerd afin d’évaluer le score d’observance. Ensuite, nous vérifions l’apparition ou non d’effets indésirables listés par l’hôpital qui nous a aussi envoyé en amont une fiche d’informations sur le médicament. Les entretiens suivants portent sur les éventuels changements de traitements et les interactions, la toxicité, le score d’observance, les effets indésirables », explique Julie Framarin, pharmacienne adjointe à la pharmacie des Arcades à Saint-Pardoux-Isaac (Lot-et-Garonne), qui suit pour l’instant un patient. Et d’ajouter : « Le pharmacien d’officine peut aussi faire des suggestions pour lutter contre les effets indésirables ». « Un pharmacien nous a ainsi proposé un collyre pour un patient qui présentait une toxicité oculaire à son traitement, l’oncologue a donné son accord et j’ai transmis la prescription au pharmacien », confirme Manon Teytaud.

Si les entretiens nécessitent du temps pour le pharmacien (au moins une demi-heure), Julie Framarin y voit néanmoins des avantages comme le lien avec l’hôpital et la sécurisation de la prise en charge du malade. « Ce suivi facilite aussi la vie du patient, notamment en zone rurale. Il sait que nous sommes là, cela le rassure. C’est une valorisation de notre rôle », ajoute-t-elle. Même si la rémunération forfaitaire (80 € pour le premier entretien, 80 € pour les trois suivants et 50 € pour les six autres), n’est pas forcément à la hdiv des attentes. « Si les pharmaciens jouent le jeu, nous aurons des arguments pour revaloriser les forfaits, car un suivi optimisé permet de limiter les hospitalisations et les toxicités, qui ont un certain coût », souligne Manon Teytaud.

Données clés d’Onco’Link Thérapie orales

- Statut : article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018

- Durée : 3 ans

- Budget : 33,4 millions d’euros

- Première phase : 24 établissements hospitaliers pilotes, à terme 45

- Objectifs : inclusion de 15 000 patients et entre 10 000 et 15 000 officines

- Site : therapiesorales-onco-link.fr

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !