Le Moniteur des Pharmacies n° 3360 du 13/03/2021
 

TEMPS FORTS

PATCHWORK

Magali Clausener*, Anne-Hélène Collin**, Yolande Gauthier***, François Pouzaud****


D’après une étude américaine, l’octocrylène, filtre UV largement utilisé dans les produits solaires ou cosmétiques, se dégrade naturellement en un composé possiblement perturbateur endocrinien et cancérigène : le benzophénone. Pour Céline Couteau, docteure en pharmacie spécialiste en cosmétologie, enseignante en chimie de la formulation à l’université de Nantes (Loire-Atlantique), « il ne faut pas dénigrer l’octocrylène qui est et reste un bon filtre UV. Le problème est la benzophénone, et ce n’est pas une surprise ». L’intérêt de l’étude réside, selon elle, essentiellement dans la découverte de la dégradation de l’octocrylène en benzophénone dans des produits soumis à un vieillissement accéléré. « Cela va dans le sens des recommandations de respecter les dates de péremption et de ne jamais utiliser une crème solaire entamée l’année précédente. »

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

La communication des pharmacies européennes sur le sol français vous fait-elle peur ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !