Rydapt, dans la leucémie et la mastocytose - Le Moniteur des Pharmacies n° 3355 du 06/02/2021 - Revues - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
Le Moniteur des Pharmacies n° 3355 du 06/02/2021
 

EXPERTISE

NOUVELLE MOLÉCULE

Auteur(s) : Justine Delestrées

Inhibiteur de protéines kinases indiqué dans le traitement de la leucémie aiguë myéloïde, de la leucémie à mastocytes et des mastocytoses, Rydapt (midostaurine), déjà distribué à l’hôpital, est désormais disponible en ville pour les adultes.

INDICATIONS

• Traitement de la leucémie aiguë myéloïde (LAM) nouvellement diagnostiquée avec une mutation du gène FLT3, associé à une chimiothérapie standard d’induction (daunorubicine et cytarabine), puis à une chimiothérapie de consolidation (cytarabine à haute dose). Pour les patients en rémission complète, le traitement d’entretien par Rydapt est ensuite administré en monothérapie.

• Traitement en monothérapie de la mastocytose systémique agressive (MSA), de la mastocytose systémique associée à une autre hémopathie maligne (MS-AHM) ou de la leucémie à mastocytes (LM).

MODE D’ACTION

La midostaurine inhibe plusieurs récepteurs de tyrosine kinase. Dans les cellules sanguines exprimant des récepteurs mutants ou surexprimant des récepteurs FLT3 de type sauvage, la midostaurine inhibe le récepteur FLT3 pour bloquer la signalisation et induire un arrêt du cycle cellulaire, et l’apoptose. L’inhibition des récepteurs KIT porteurs de la mutation D816V, responsables d’une signalisation anormale, bloque la prolifération, la survie et la libération d’histamine des mastocytes. L’inhibition d’autres récepteurs, tels que PDGFR et VEGFR2, entraîne un arrêt de la croissance cellulaire par inhibition de la signalisation mitogène des facteurs de croissance.

POSOLOGIE

• Pour la LAM : 50 mg 2 fois par jour, des jours 8 à 21 des cycles de chimiothérapie d’induction et de consolidation, puis quotidiennement lors de la rémission complète. Le traitement sera poursuivi jusqu’à la survenue d’une rechute pour une durée maximale de 12 cycles de 28 jours.

• Pour la MSA, la MS-AHM et la LM : 100 mg 2 fois par jour. Le traitement sera pris tant qu’un bénéfice clinique est observé ou jusqu’à l’apparition d’une toxicité inacceptable.

• Les capsules molles doivent être avalées entières avec un verre d’eau au cours d’un repas, en respectant un intervalle minimal de 12 heures entre 2 prises.

CONTRE-INDICATIONS

• Hypersensibilité à l’un des composants (présence de macrogolglycérol).

• Association concomitante d’inducteurs enzymatiques puissants du CYP 3A4, tels que la rifampicine, le millepertuis, la carbamazépine, la phénytoïne et l’enzalutamide, en raison de la diminution des concentrations plasmatiques de Rydapt.

GROSSESSE ET ALLAITEMENT

• Rydapt ne doit pas être administré chez la femme enceinte. Réaliser un test de grossesse dans les 7 jours précédant le début du traitement. Les femmes en âge de procréer doivent adopter une méthode contraceptive efficace pendant toute la durée du traitement et jusqu’à 4 mois au moins après l’arrêt. Les femmes qui utilisent un contraceptif hormonal doivent recourir à une méthode contraceptive barrière en complément.

• Interrompre l’allaitement durant le traitement et jusqu’à 4 mois au moins après l’arrêt.

EFFETS INDÉSIRABLES

Des diarrhées, des vomissements, des nausées, une fièvre, une fatigue, des céphalées et des œdèmes périphériques sont très fréquemment rapportés. De même, une neutropénie fébrile, des pétéchies, une dermatite exfoliatrice et des anomalies biologiques telles qu’une hypokaliémie, une augmentation des taux d’aspartate aminotransférase (Asat), d’alanine aminotransférase (Alat), de la lipase et de la bilirubine sont très souvent observées.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

• Prudence avec les inhibiteurs enzymatiques puissants du CYP 3A4, tels que les antifongiques (kétoconazole, notamment), certains antiviraux (exemple : ritonavir) et les macrolides, en raison d’une élévation possible des concentrations plasmatiques de la midostaurine. En l’absence d’alternative thérapeutique, une surveillance s’impose pour détecter tout signe éventuel de toxicité.

• Prudence avec certains médicaments à marge thérapeutique étroite (codéine, paclitaxel, warfarine, oméprazole, tacrolimus, atorvastatine, digoxine, etc.).

SURVEILLANCE PARTICULIÈRE

• Avant d’instaurer Rydapt chez un patient atteint d’une LAM, la mutation du gène FLT3 doit être confirmée par un test validé.

• Avant de commencer une monothérapie par Rydapt, toute infection grave active doit être maîtrisée.

• Contrôler régulièrement la numération des leucocytes. Interrompre le traitement en cas de survenue d’une neutropénie sévère inexpliquée, récurrente ou prolongée.

• Surveiller l’apparition de symptômes pulmonaires évocateurs d’une pneumopathie interstitielle ou d’une pneumopathie inflammatoire, qui conditionnent l’arrêt du traitement.

FICHE TECHNIQUE

Midostaurine 25 mg pour une capsule molle oblongue orange clair, remb. SS à 100 %.

- Boîte de 56, 6 014,35 €, AMM : 34009 301 298 2 1.

- Boîte de 112, 11 885,10 €, AMM : 34009 301 136 0 8.

Novartis : 01 55 47 60 00

Les prix sont mentionnés hors honoraires de dispensation.

DÉLIVRANCE

- Liste I

- Médicament à prescription hospitalière

- Prescription réservée aux spécialistes en hématologie, en oncologie, aux médecins compétents en maladies du sang ou en cancérologie, aux spécialistes en dermatologie ou en médecine interne

DITES-LE AU PATIENT

En cas d’oubli d’une dose ou de vomissements, prendre la dose suivante à l’heure prévue.

Dans le cadre d’une greffe de cellules hématopoïétiques, interrompre Rydapt au moins 48 heures avant l’instauration du protocole de conditionnement de la greffe.

Un traitement antiémétique peut être associé à Rydapt pour prévenir les nausées et les vomissements.

L’AVIS DE LA HAS

- Service médical rendu (SMR) important dans la leucémie aiguë myéloïde (LAM), SMR faible dans les mastocytoses et la leucémie à mastocytes (LM)

- Amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) dans la LAM, pas d’ASMR (ASMR V) dans les mastocytoses et la LM

- Population cible estimée à 837 patients par an dans la LAM et entre 20 et 30 patients par an dans les mastocytoses et la LM

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !