Le Moniteur des Pharmacies n° 3350 du 09/01/2021
 

Thérapeutique


Oui, pour les antidépresseurs sérotoninergiques. C’est ce que permet d’affirmer une étude menée par les centres de pharmacovigilance de Caen (Calvados), de Toulouse (Haute- Garonne), de Dijon (Côte-d’Or) et de Nice (Alpes-Maritimes) avec des chercheurs italiens. Les auteurs ont retrouvé dans les bases de pharmacovigilance près de 15 000 notifications d’hypertension artérielle avec les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine. L’association statistiquement significative est la plus forte avec la paroxétine, puis la sertraline, la fluoxétine, la fluvoxamine, l’escitalopram et, en dernier, le citalopram. Elle est plus fréquente chez les sujets les plus âgés. Le mécanisme de cette hypertension artérielle impliquerait soit l’effet vasoconstricteur de la sérotonine, soit l’inhibition de la synthèse du monoxyde d’azote, mais aussi l’inhibition de la recapture de la noradrénaline. Source : BIP Occitanie 2019;26 (3):53.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Echec de la connexion : Too many connections

Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK