Le Moniteur des Pharmacies n° 3350 du 09/01/2021
 

Conseil


Non, les protections intimes externes (serviettes, protège-slips et culottes absorbantes) n’ont jamais été impliquées dans le syndrome de choc toxique (SCT) menstruel. Seules les protections internes, tampon ou coupe menstruelle, sont concernées. Le développement d’un SCT est associé aux trois conditions suivantes : une colonisation vaginale par une souche de Staphylococcus aureus productrice de toxine TSST-1, le passage d’une quantité suffisante de TSST-1 à travers l’épithélium vaginal pour entraîner la maladie et l’absence ou l’insuffisance d’anticorps anti-TSST-1. Le risque de développer un SCT augmente avec la durée de port des protections internes. Celles qui présentent une capacité d’absorption plus importante que nécessaire majorent mécaniquement ce risque, en augmentant de manière excessive la durée de port. Source : « Sécurité des produits de protection intime », avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Depuis le couvre-feu généralisé, constatez-vous un accroissement de la fréquentation avant 18 heures ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK