Le Moniteur des Pharmacies n° 3350 du 09/01/2021
 

Thérapeutique


Quatre cas de galactorrhée avec hyperprolactinémie sous inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ont été décrits dans la littérature. Ils concernent trois jeunes femmes de 13 à 32 ans et un jeune homme de 21 ans traités par oméprazole, ésoméprazole ou lanzoprazole. La galactorrhée est apparue dans les sept premiers jours de traitement pour les patientes et après un an pour le jeune homme. Elle a régressé rapidement après l’arrêt du médicament, tout comme l’hyperprolactinémie associée. Pour deux des patients, la réintroduction du même IPP a provoqué la réapparition de l’effet. Dans un cas, le switch vers du pantoprazole n’a pas été suivi de nouvel effet de galactorrhée. A ce jour, une vingtaine de cas où un IPP était suspecté dans l’apparition d’une hyperprolactinémie ou d’une galactorrhée ont été ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Des personnes refusent-elles de se faire tester quand vous leur annoncez qu'elles doivent régler le test antigénique Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK