Le Moniteur des Pharmacies n° 3320 du 02/05/2020
 

TEMPS FORTS

PATCHWORK

Anne-Hélène Collin*, Yolande Gauthier**, François Pouzaud***, Matthieu Vandendriessche****


Les sprays et diffuseurs d’huiles essentielles peuvent être à l’origine d’irritations des yeux et des voies aériennes supérieures, de toux, de dyspnée, même en respectant les conditions normales d’utilisation. C’est ce qui ressort d’un avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) publié le 28 avril, qui relève 1 432 cas avec symptômes (soit un cas pour 304 500 unités vendues, précise le Consortium HE), dont 32 dans des conditions normales d’utilisation, sur une période de près de huit ans. Ces symptômes, de faible gravité, surviennent le plus souvent rapidement après l’exposition et sont vite résolutifs après arrêt de l’exposition.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK