Le Moniteur des Pharmacies n° 3319 du 25/04/2020
 

CONTACT

A VOTÉ

François Pouzaud


NON Sandrine Dazin, titulaire d’une officine de centre-ville (4 salariés dont 1 adjoint), à Saint-Amand-les-Eaux (Nord). Groupement : Evolupharm ; syndicat : USPO. Pour le moment, je n’ai pas décidé de mettre un ou plusieurs de mes salariés en chômage partiel. Quoi qu’il en soit, je ne crois pas que les pouvoirs publics nous l’accordent. A mon avis, nous n’y aurons pas droit. J’en ai discuté avec mon expert-comptable. Les dossiers de demande que nous pourrions déposer seront contrôlés. On va nous poser des questions et le refus de l’Etat sera motivé par le fait qu’il faut d’abord que le personnel solde ses jours de congés payés et de RTT avant de pouvoir accéder au chômage partiel. La seule chose que j’ai faite, c’est de réduire l’amplitude de mes horaires d’ouverture. La pharmacie est déjà ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Souhaitez-vous pratiquer les TROD-Covid-19 à l’officine ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK