Le Moniteur des Pharmacies n° 3316 du 04/04/2020
 

THÉRAPEUTIQUE

CONTACT

VOS QUESTIONS DE COMPTOIR

Yolande Gauthier


Des immunologistes du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont expliqué, dans un article publié en mai 2017, avoir découvert que la sérotonine et l’histamine étaient de puissants inhibiteurs de la production d’interférons par les cellules dendritiques plasmacytoïdes. Ce qui permet de comprendre pourquoi les personnes allergiques sont plus sensibles aux infections virales respiratoires. Toutefois, il ne faut pas arrêter de prendre un antihistaminique en cas d’allergie. Si celui-ci bloque les récepteurs à l’histamine dont la stimulation est à l’origine des symptômes de l’allergie il ne diminue pas pour autant les défenses de l’organisme contre les virus et les bactéries. En outre, si les signes de rhinorrhée sont importants, il peut être utile de prendre des antihistaminiques plutôt qu’un autre traitement pour faire la différence avec des signes respiratoires ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK