Le Moniteur des pharmacies n° 3310 du 03/03/2020
 

VAP

Questions de comptoir

■   YOLANDE GAUTHIER 


Quelques très rares cas de bégaiement ont été rapportés dans la littérature. Le centre de pharmacovigilance de Rennes (Ille-et-Vilaine) s’est penché sur la question et a analysé 584 cas de bégaiement imputables à un médicament recensés dans la base de données mondiale VigiBase jusqu’en décembre 2018. Dix-sept d’entre eux impliquaient le méthylphénidate. Pour les chercheurs, cette association statistiquement significative est toutefois paradoxale dans la mesure où les amphétamines et le méthylphénidate ont autrefois été proposés pour traiter le bégaiement, avec des résultats favorables sur certains critères d’évaluation du trouble. Le méthylphénidate pourrait favoriser la survenue du bégaiement par ses propriétés amphétamines-like entraînant une augmentation de la concentration en dopamine synaptique. Les auteurs estiment que, même si ce type d’effet indésirable ne figure pas dans le RCP du médicament, ce signal doit ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK