Le Moniteur des pharmacies n° 3287 du 21/09/2019
 

ADDICTOLOGIE

Expertise

Ouverture

YOLANDE GAUTHIER 


Alors qu’aux Etats-Unis la crise des opioïdes n’en finit pas de faire parler d’elle, c’est une autre classe thérapeutique qui est pointée du doigt en France. Celle des gabapentinoïdes, dérivés structurels du GABA agissant sur l’activité des canaux calciques voltage-dépendants, dont 2 représentants sont commercialisés : la prégabaline (Lyrica) et la gabapentine (Neurontin), indiqués dans le traitement des épilepsies partielles et des douleurs neuropathies sévères, ainsi que, pour la prégabaline uniquement, dans le trouble anxieux généralisé. C’est surtout cette molécule qui pose actuellement problème. Le premier cas d’usage récréatif de la prégabaline a été rapporté en 2011 en France. 181 notifications ont ensuite été recensées sur la période 2014-2018, avec une augmentation extrêmement marquée en 2018 (106 cas déclarés, contre 26 en 2017). L’Association des centres d’addictovigilance, dans son bulletin ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK